Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Composé de grand et de mère.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
grand-mère grands-mères
grand-mères
\ɡʁɑ̃.mɛʁ\

grand-mère \ɡʁɑ̃.mɛʁ\ féminin (pour un homme on dit : grand-père)

  1. Mère du père (grand-mère paternelle) ou de la mère (grand-mère maternelle) d’une personne.
    • Pauline, ma vieille camarade de l’école maternelle, s’étonnait, devenue grand-mère, des façons de ses petits-enfants. « Ils sont drôles, ces mignons, disait-elle. Il leur faut leur scouteur rien que pour aller faire pipi. » — (Maurice Genevoix, en préface à Beau-François, Plon, 1965, dans Contes et récits, Tallandier, 1987, p.157)
    • Par quel terme interpeller ma grand-mère? Ce dernier mot me semblait pompeux, le diminutif « mémé » d’une niaiserie qui m’écœurait et dont la vieille dame elle-même eût été choquée […]. — (Angelo Rinaldi, L'éducation de l'oubli, Denoël, 1974, p. 136)
    • De nos jours il y a malheureusement aussi de moins en moins de grands-mères et de grands-pères auxquels les conditions de vie familiale et sociale permettent de raconter des histoires à leurs petits-enfants. — (Laurence Lentin, Apprendre à parler à l'enfant de moins de six ans : où ? quand ? comment ?, tome 1, ESF éditions, 1997, p. 171)
    • Les préadolescents, eux, renâclent à la perspective de vivre au quotidien avec des vieux bien gentils mais incompréhensibles et « incomprenants ». Le sirop de groseille de grand-mère ne vaut pas le soda au cola ; […]. — (Patricia Chalon, De la bienveillance à la bientraitance, Marabout, 2007, partie 2)
  2. Personne de sexe féminin considérée comme âgée.
    • La grand-mère, tellement vieille qu’on ne voyait plus ses yeux, dormait dans un antique fauteuil, au haut duquel perchait une pie. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • La représentante des îles Vierges Anne Abernathy, 52 ans, surnommée la « grand-mère » de la luge, qui a été privée de l’épreuve olympique de luge suite à un accident, a saisi le Tribunal arbitral du sport (TAS) pour que son nom figure sur la liste de départ officielle. — (Le Figaro, 17 février 2006)
    • L’œil toujours rieur hésite entre la moquerie et la curiosité taquine et, si le casque de cheveux blancs l’a changée en grand-mère, il y a encore un soupçon d’espièglerie dans son attitude, l’ombre tenace de l’anticonformisme. — (Le Figaro, 23 janvier 2007)
  3. (Rare) (Poétique) Aïeule porteuse d’une mémoire collective.
    • Ici l’on se bagarre depuis 300 ans
      Déportation, grand-mère, n’avez-vous rien dit ?
      — (Claude Léveillée, Les patriotes)
  4. Nos grands-mères : Les femmes qui nous ont précédé, il y a deux générations ou plus.
    • Laisser pleurer bébé, donc. Il paraît que nos grands-mères faisaient ça. — (Le Devoir, 23-24 novembre 2002)
    • Pour éviter de consommer trop d’acrylamide, il faudra donc éviter les beignes que nos grands-mères faisaient frire dans l’huile jusqu’à ce que la pâte devienne bien brune. — (Le Devoir, 30 décembre 2005)
    • Il faut d’abord comprendre que si la cuillerée d’huile de foie de morue de nos grands-mères faisait peut-être le boulot, nous, avec notre alimentation sucrée, salée, riche et rapide, on fait dur. — (Le Devoir, 18-19 octobre 2003)

Variantes orthographiquesModifier

SynonymesModifier

  • aïeule (Vieilli)
  • grand-maman (Dans le langage enfantin ou affectivement dans certains milieux sociaux)
  • mamie (Affectif ou dans le langage enfantin)
  • manou (Affectif ou dans le langage enfantin)
  • mémé (Affectif)
  • mémère (Vieilli et familier) (Dans le langage enfantin)
  • mère-grand (Vieux ou dans les contes)
  • mima (Affectif)

DérivésModifier

HyperonymesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

ParonymesModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier