grandement

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Norm. granment : pic. granment, granmeint Granment, dans l’ancienne langue et les patois vient de grant, et le suffixe -ment. suivant la règle qui veut que l’adjectif qui n'a qu’une seule terminaison pour le masculin et le féminin en latin, se comporte de même dans l’ancien français ;grandement vient de grande, et le suffixe -ment. suivant l’usage qui a tantôt réformé et tantôt conservé ces sortes d’adverbes.

Adverbe Modifier

grandement \ɡʁɑ̃d.mɑ̃\

  1. Avec grandeur.
    • Les grandes choses doivent être grandement exprimées.
  2. Beaucoup.
    • Il lui reste une chose qui m’inquiète grandement pour lui. — (Hauteroche, Crispin méd. II, 9. — cité par Littré)
    • Fouché, dans ses Mémoires, avoue que ses plans ne réussirent pas; Talleyrand fut plus heureux, il contribua grandement à la restauration des Bourbons ; […]. — (François-Cécile Drujon de Beaulieu, Napoléon jugé par l'histoire, ou précis historique et critique de la vie de cet empereur, Paris : chez Maison, 1844, p. 133)
    • Si, chez un malade atteint de sténose mitrale, se montrent inopinément des crachats sanglants, on aura grandement raison de supposer l'existence d'un infractus pulmonaire hémorrhagique. — (Adolf von Strümpell, Traité de pathologie interne, tome 1, traduit de l'allemand par le Dr Joseph Schramme, Paris : chez Savy, 1884, p. 352)
    • Je suis retourné dans mon coin, seul, plus grandement seul qu’avant. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • Dans ce même temps et peut-être sous la même influence, les continuateurs de la tradition classique, comme Mehmed Akif, ont grandement simplifié la langue d'autrefois. — (Nimet Arzık, Anthologie des poètes turcs contemporains, Gallimard (NRF), 1953, p. 12)
  3. Largement ; en abondance.
    • Partez ! faites qu’on ait grandement soin d’eux ; qu’ils ne disent pas dans leur orgueil que le rude Saxon a montré à la fois sa pauvreté et son avarice. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Faire les choses grandement, c’est ne pas épargner la dépense, payer avec générosité.

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier