grasseyer

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Dérivé de gras avec le suffixe -eyer (→ voir -oyer).

Verbe Modifier

grasseyer \ɡʁa.se.je\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Parler gras, prononcer de la gorge ou peu distinctement les r.
    • Godefroid ne grasseyait pas, ne gasconnait pas, ne normandisait pas, il parlait purement et correctement, et mettait fort bien sa cravate, comme Finot. — (Honoré de Balzac, La Maison Nucingen, 1838)
    • 19 janvier 1941 – Un contremaître !
      – Je t’ai déjà dit qu’il était ingénieur.
      – Ça, c’est lui qui le dit ! Tu crois n’importe quoi. Enfin, Flora, il n’était pas vulgaire ? Il ne grasseyait pas ?
      — (Benoîte et Flora Groult, Journal à quatre mains, Denoël, 1962, page 131)
    • Sa voix ne grasseyait plus, elle était animée d'une ferveur qui la rendait claire et mélodieuse. — (Patrick Modiano, Une jeunesse, Gallimard, collection Folio, 1981, page 155)
    • Les verbes terminés en -eyer (il n’y a guère que grasseyer…) conservent le y dans toute la conjugaison. La prononciation est en conséquence : je grasseye (qui rime avec groseille, mais signifie prononcer certains sons de façon gutturale, notamment les r, c’est une prononciation contraire à celle du r roulé). — (Le français correct pour les nuls, Jean-Joseph Julaud, ISBN 978-2-7540-3232-2, 2011)

VariantesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

AnagrammesModifier

Modifier la liste d’anagrammes

RéférencesModifier