FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Barbarisme formé du verbe graver, avec le suffixe impropre -age ; sans doute sous l'influence de termes comme gavage, pressage, modelage.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
gravage gravages
\gʁa.vaʒ\

gravage \ɡʁa.vaʒ\ masculin

  1. (Rare) Par confusion avec la gravure, désigne l’opération technique consistant à graver.
    • Cinq fours y sont en feu, et produisent une moyenne de trente mille bouteilles par jour. Les forges flambent, les marteaux-pilons tonnent,les femmes travaillent dans les vanneries, aux appareils de gravage, remplissent et renversent les litres dans les machines à jauger, et les fours, avec leur tapage, leur atmosphère foudroyante, leurs équipes, tout ce qui y besogne et s’y démène, complètent le tumulte et la mêlée. — (Maurice Talmeyr, La cité du sang, Chez les verriers, II ; Perrin et Cie libraires-éditeurs, coll. Tableaux du siècle passé, Paris, 1901, page 179.)
  2. (Rare) Par confusion avec la gravure, désigne l’action d’enregistrer, par modification de la surface d’un support d’information solide, des données informatisées.
    • Gravage d’un concert sur un cédérom.

SynonymesModifier

TraductionsModifier