FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom 1) (1872) Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe grimper
Participe Présent grimpant
Passé

grimpant \ɡʁɛ̃.pɑ̃\

  1. Participe présent du verbe grimper.
    • Une guêpe grimpant sur mon bras m’a obligé à arrêter mon véhicule par précaution.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin grimpant
\ɡʁɛ̃.pɑ̃\

grimpants
\ɡʁɛ̃.pɑ̃\
Féminin grimpante
\ɡʁɛ̃.pɑ̃t\
grimpantes
\ɡʁɛ̃.pɑ̃t\
 
Le chat est un animal grimpant (sens 1).
 
Rosier grimpant (sens 2).
 
Armoiries avec un cycliste grimpant (sens héraldique)

grimpant\ɡʁɛ̃.pɑ̃\

  1. Qui grimpe, qui a l’habitude de grimper.
    • L’écureuil est un animal grimpant.
  2. (Botanique) Dont la tige s’élève en s’accrochant aux corps voisins.
    • Le lierre est une plante grimpante.
    • Arbrisseau grimpant.
  3. (Héraldique) Se dit d’un animal représenté en train de monter le long d’une surface (meuble ou pièce). L’inclinaison de sa posture est donc différente de l’ordinaire. À rapprocher de gravissant.
    • Tranché : au 1er d’azur au cycliste de carnation habillé d’un maillot d’or et d’une culotte de sable, chaussé d’argent et coiffé d’une casquette de gueules, sur son vélo d’argent à la selle de sable grimpant sur la ligne de partition ; au 2e de sinople au puits du lieu d’or avec sa roue de sable brochant, qui est de la commune de Banos des Landes → voir illustration « armoiries avec un cycliste grimpant »

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   grimpant figure dans les recueils de vocabulaire en français ayant pour thème : haricot, héraldique.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
grimpant grimpants
\ɡʁɛ̃.pɑ̃\

grimpant \ɡʁɛ̃.pɑ̃\ masculin

  1. (Argot) Pantalon.
    • C’est dans mon phalzar que ça se tient, décréta-t-il… Ils font leurs œufs dans la couture… Faut que je fasse bouillir mon grimpant — (Marcel-E. Grancher, 5 de campagne, Éditions Lugdunum, 1937, page 172.)
    • Le flacon fatal dans ma pocket pèse une tonne et me brûle la peau à travers l’étoffe de mon grimpant. — (Frédéric Dard (San-Antonio), Le Secret de Polichinelle, Fleuve Noir, 1958, page 130)
    • Depuis que les langoustines se faisaient tatouer comme des matafs et que les branlotins dansaient le pogo avec le fond du grimpant au niveau des genoux, [...] Larouche avait une fâcheuse tendance à prendre les jeunes pour des cons. — (Luc Baranger, Maria chape de haine, ch. I, Baleine, 2010)

RéférencesModifier