Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Verbe) (Fin du XVe siècle) Probable nasalisation de gripper d’après ramper auquel il est sémantiquement lié.

Verbe Modifier

grimper \ɡʁɛ̃.pe\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Gravir, monter en s’agrippant.
    • Nous gagnons le haut de la ville et suivons d'abord la route de la Perdoma ; puis, obliquant à gauche, nous nous engageons dans un chemin grimpant la montagne entre une double haie d’agaves couvertes de liserons et de géraniums arborescents. — (Frédéric Weisgerber, Huit jours à Ténériffe, dans la Revue générale des sciences pures et appliquées, Paris : Doin, 1905, vol.16, pp. 1041)
    • Grimper au haut d’un arbre, à une muraille.
    • Un chat qui grimpe à un arbre, le long d’un arbre.
    • (Absolument) Les perroquets aiment à grimper.
  2. S’élever en s’accrochant aux corps voisins, en parlant de la tige d’une plante.
    • Cette vigne a grimpé jusqu’au premier étage.
  3. (Figuré) (Familier) Monter avec peine.
    • […]; des multitudes éperdues grimpèrent par d’effrayants sentiers jusqu’à ces régions si élevées que les arbres ne poussaient plus. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Où, ô Hugo, cherchera-t-on ton nom ?
      Justice enfin faite que n’a-t-on ?
      Quand donc au corps qu’Académie on nomme
      Grimperas-tu, de roc en roc, rare homme ?
      — (Quatrain railleur que dédia l’écrivain et académicien François-Auguste Parseval-Grandmaison au jeune Victor Hugo, qui se veut une parodie du vers hugolien)

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
grimper grimpers
\ɡʁɛ̃.pe\

grimper \ɡʁɛ̃.pe\ masculin

  1. Action consistant à grimper.
    • Orrorin était adapté à la fois à la bipédie et au grimper arboricole (…) — (B. Senut, Les ancêtres de nos ancêtres, Dossier Pour la Science n°94, janvier-mars 2017, pages 16-20)

TraductionsModifier

PrononciationModifier


HomophonesModifier

RéférencesModifier