Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

  • La revanche des berceaux : ou la guerre des berceaux, fait référence à l'époque de la résistance des Canadiens-français après la déportation des Acadiens de 1755 ; on a voulu obtenir plus de naissances que chez les colons anglais afin de permettre aux francophones d'être supérieurs en nombre, ou au moins de résister à la chute du pourcentage de francophone provoquée par l'arrivée massive de colons anglais alors que l'immigration de colons français était devenue impossible ; […]. — (Docteur Roger Mercier, J'aurai tout dit: Autobiographie, Editions Edilivre, 2016, note n° 55 en bas de page 66)

Locution nominale Modifier

Singulier Pluriel
guerre des berceaux guerres de berceaux
\Prononciation ?\

guerre des berceaux \Prononciation ?\ féminin

  1. (Politique) Moyen de lutte, sur plusieurs générations, par hégémonie démographique sur l'adversaire.
    • Leurs familles très nombreuses leur permirent, petit à petit, d'augmenter leur nombre, de telle sorte, que […], ils forment aujourd'hui, 200 ans après leur séparation de la mère patrie, un bloc de six millions de Français groupés principalement dans la province de Québec. Étonnante résurrection d'une nation qui a gagné la guerre des berceaux et qui l'a gagnée, parce qu'elle a pris possession, au prix d'un rude labeur, d'un sol qu'il a fallu défricher et conquérir sur la forêt. — (Henri Noilhan, Histoire de l'agriculture à l'ère industrielle, éd. E. De Boccard, 1965, p. 537)
    • Au Kosovo, pourtant, les Serbes ont perdu la guerre des berceaux. Majoritaires, les Albanais - 68% de la population en 1948, 90% aujourd'hui - affichent en outre un taux de natalité supérieur. — (Vincent Hugeux, La malédiction balkanique, sur le site de L'Express (www.lexpress.fr), publié le 01/04/1999)
    • La morale, qui est restée de rigueur dans ce pays, malgré la mythique Belle Époque, reprend totalement ses droits, dès le mois de juillet 1920, avec le vote de la loi drastique sur l'avortement. C'est déjà la guerre des berceaux qui est envisagée – pour que ceux qui sont tombés au champ d'honneur ne soient pas morts pour rien, selon la formule connue. — (Maurice Rajsfus , De la victoire à la débâcle : 1919-1940, Le Cherche-Midi, 2000)
    • Le recours à des migrants à fort potentiel démographique se rencontre même dans des États fédéraux comme le Canada […]. Plus grave est le cas d’Israël confronté à l’explosion démographique palestinienne et ayant eu recours à l’immigration massive de juifs orthodoxes pour mener la « guerre des berceaux » en multipliant les implantations de colonies dans les territoires occupés. — (Christian Pradeau & Jean-François Malterre, Migrations et territoires, dans Les cahiers d'Outre-Mer n° 234/vol. 59, Presses Universitaires de Bordeaux, 2006, p. 201)

SynonymesModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier