Étymologie

modifier
L’expression « avoir la gueule de bois » viendrait du fait d’avoir la bouche sèche comme du bois[1] après avoir bu trop d’alcool (déshydratation), puis aurait évolué pour désigner les symptômes dus à l’alcool au réveil[2].

Locution nominale

modifier
Singulier Pluriel
gueule de bois gueules de bois
\ɡœl də bwa\

gueule de bois \ɡœl də bwa\ féminin

  1. (Sens figuré) (Familier) Malaises matinaux (mal de tête, vertiges, etc.) dus à un abus d’alcool.
    • Vu tout ce qu'il a bu hier soir, il a dû avoir une sacrée gueule de bois ce matin.
    • — Ah ! vous avez envie d’un John Collins ! Excellente idée ! Prenons un John Collins Tout à fait fameux pour le… wooden mouth ! Comment dites-vous en français ?
      — Ça dépend ! Le docteur Héricourt dit
      xylostome, les voyous prononcent gueule de bois.
      — (Alphonse Allais, On n’est pas des bœufs, 1896.)
    • Quatre plombes du mat’, c’est l’heure des angoisses pour qui ne dort pas. L’heure où l’on meurt dans les hôpitaux et où les fêtards commencent à réaliser l’étendue de leur gueule de bois. — (San-Antonio, Réflexions définitives sur l’au-delà, Fleuve Noir, collection « Morceaux Choisis », 2000, 9e édition.)
    • Mongicourt.– La gueule de bois.
      Petypon,
      d’une voix éteinte, en passant devant Mongicourt.– Oui.
      Mongicourt.– En latin « gueula lignea ».
      Petypon,
      se retournant à demi.– Oui ; ou en grec…
      Mongicourt.– Je ne sais pas !
      Petypon,
      minable.– Moi non plus ! — (Georges Feydeau, La Dame de chez Maxim, 1914, acte I, scène 2)
    • Pendant des années, j’ai bu comme tout le monde, au gré des soirées, des choses plus ou moins fortes, dans l’espoir d’atteindre la griserie qui aurait rendu l’existence acceptable : la gueule de bois a été mon principal résultat. — (Amélie Nothomb, Pétronille, Éditions Albin Michel, Paris, 2014, p. 7)
  2. (Sens figuré) Désenchantement douloureux après une période d'excès.
    • Elle s'enivre de cette existence sans penser à la gueule de bois qui suivra. — (Secrets d'histoire, n° 35, sept.-oct.-nov. 2022, p. 62)

Abréviations

modifier

Synonymes

modifier

Vocabulaire apparenté par le sens

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Voir aussi

modifier

Références

modifier