Voir aussi : Gueuse, gueusé

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom commun 1) (XVIe siècle) Introduit en France [1] par les mineurs du Harz, appelés en France pour organiser l'industrie minière. Le mot gueuse dérive du terme allemand Gieß qui désigne le métal coulé : aux XVIIe et XVIIIe siècles, ce mot désignait aussi le matériau[1].
(Nom commun 2) Voir gueux.

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
gueuse gueuses
\ɡøz\

gueuse \ɡøz\ féminin

  1. (Métallurgie) Bloc de fer fondu qu’on coule dans le sable au sortir du four.
    1. (Marine) Morceau de fonte de fer destiné à lester un navire.
    • […] mais le reste des ballots, les lourds espars, les vergues de rechange, quelques tonnes de gueuses qui formaient le lest, furent reportés à l’arrière, pour faciliter de leur poids le dégagement de l’étrave. — (Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant, 1846)
    1. Masse de fer qu’on soulève pour éprouver sa force musculaire.
    • [...]une masse de fer du poids de 2000, quelquefois de 1500, & quelquefois de 25000. Cette masse prend la forme d'un prisme triangulaire, terminé pourtant en pointe par l'un et l'autre de ses bouts, c'est ce que l'on nomme une gueuse. — (Descriptions des arts et métiers, faites ou approuvée par Messieurs de l'Académie royale des sciences: Art du charbonnier; ou manière de faire le charbon de bois, 1761)
  2. Moule pour recevoir le bloc en fusion.
  3. Masse facilitant la descente des apnéistes.

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
gueuse gueuses
\ɡøz\

gueuse \ɡøz\ féminin

  1. Féminin singulier de gueux.
    • Le Truculentus représente la vie et les gestes d'une gueuse, qui, par sa rapacité, ses éhontements et l'impudence de sa mauvaise foi, révolterait même les blasés de nos petits théâtres. — (Edelestand Pontas Du Méril, Histoire de la comédie ancienne, Paris : chez Didier & Cie, 1869, volume 2, page 285)
    • Les fédérés essayèrent encore de se remettre aux pièces ; mais ils n’étaient pas assez nombreux, et puis Montmartre leur faisait peur. Alors ils entrèrent dans un caveau et se mirent à boire et à chanter avec leurs gueuses. — (Alphonse Daudet, La bataille du Père-Lachaise, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, réédition Le Livre de Poche, 1974, page 136)
    • L’homme, rouge comme un coquelicot, bredouillait de colère :
      — Ah ! tu l’avoues donc, gueuse ! Et qu’est-ce que c’est, ce merle-là ? Un va-nu-pieds, un sans-le-sou, un couche-dehors, un crève-la-faim ? Qu’est-ce que c’est, dit ?
      — (Guy de Maupassant, Histoire d’une fille de ferme, dans La maison Tellier, 1891, réédition Le Livre de Poche, page 110)
    • Il saisit Madeleine par les épaules : — « Viens, je le veux, dit-il, je t’ai défendu de parler à ces gueuses. » — (Guy de Maupassant, La femme de Paul, dans La maison Tellier, 1891, réédition Le Livre de Poche, page 231)
    • La gueuse parfumée, surnom donné à la Provence.
    • Courir la gueuse, mener une vie de débauche.
  2. La gueuse, ou la Gueuse, surnom injurieux donné par Paul de Cassagnac à la République française et repris par la suite par les royalistes.
    • Il m’expliqua que cette gueuse de République devrait payer les coupons des emprunts russes ou faire la guerre aux bolcheviks. — (Jean Guéhenno, Journal d’un homme de 40 ans, Grasset, 1934, réédition Le Livre de Poche, page 92)
    • Mais, comme Pétain, il (Weygand) n'est jamais loin des sempiternels conspirateur acharnés à la disparition de la Gueuse, cette République honnie pour avoir promu le suffrage universel, l'école laïque, gratuite et obligatoire, l'impôt sur le revenu et, bientôt, les congés payés. — (Maître Gérard Boulanger, À mort la Gueuse ! : Comment Pétain liquida la république à Bordeaux 15,16 et 17 juin 1940, 2006, éditions Calmann-Lévy)
  3. (Textile) Petit camelot de laine ou de soie.
  4. (Textile) Dentelle blanche bon marché.
    • Le nom de gueuse fut donné par les femmes aux misérables garnitures en dentelle, à la suite de l'édit de Richelieu (1644) contre les passements.

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun 3Modifier

Singulier Pluriel
gueuse gueuses
\ɡøz\

gueuse \ɡøz\ féminin

  1. Variante orthographique de gueuze.
    • Toutes affaires illico cessantes, il a planté sa trompe dans la mousse d’une gueuse Lambic. — (Jean Vautrin, Le Pogo aux yeux rouges, dans le recueil Baby Boom, 1985, p. 196)

TraductionsModifier

Nom commun 4Modifier

Singulier Pluriel
gueuse gueuses
\ɡøz\

gueuse \ɡøz\ féminin

  1. (Drôme) Saucisse de couenne.
    • Dans une partie de la Loire et le nord de la Drôme, la saucisse de couenne prend le nom de gueuse. — (‎Laurence Bérard, Philippe Marchenay, Les produits de terroir : Entres cultures et règlements, page 35, 2004, CNRS Éditions)

Forme d’adjectif Modifier

gueuse \ɡøz\ féminin

  1. Féminin singulier de gueux.
    • Ils jurent qu’une gueuse d’aristocrate ne se moquera pas des bons sans-culottes. — (Anatole France, L’Étui de nacre, 1892, réédition Calmann-Lévy, 1923, page 234)

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe gueuser
Indicatif Présent je gueuse
il/elle/on gueuse
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je gueuse
qu’il/elle/on gueuse
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
gueuse

gueuse \ɡøz\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de gueuser.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de gueuser.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de gueuser.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de gueuser.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de gueuser.

PrononciationModifier

HomophonesModifier

RéférencesModifier

  1. Jacques Corbion, Le savoir...fer : glossaire du haut fourneau : Le langage… (savoureux, parfois) des hommes du fer et de la zone fonte, du mineur au… cokier d'hier et d'aujourd'hui, préf. de Yvon Lamy, 1989, page G25