Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

1. → voir guigner sachant que le « mauvais œil » est, sémantiquement, lié au malheur. Référence nécessaire
2. De l’ancien français guisne, de l’ancien bas francique *wīhsina (cf. allemand Weichsel, (rég. francique rhénan) Waingsl, (rég. francique de l’est) Wassen, Wachsen), notez aussi le bulgare вишна et le le turc vişne. Il semble qu'ils soient tous originaire du latin viscum («gui»). Référence nécessaire

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
guigne guignes
\ɡiɲ\

guigne \ɡiɲ\ féminin

  1. Malchance, poisse.
    • Sans relâche ni trêve, la guigne, une guigne affreusement verdâtre, s’était acharnée sur lui, une de ces guignes comme on n’en compte pas trois dans le siècle le plus fertile en guignes. — (Alphonse Allais, Pas de bile ! : Le Pauvre Bougre et le bon génie, Flammarion, 1893, page 1)
    • Je restais là comme un dadais
      Elle était belle comme un cygne
      Et moi j’avais une de ces guignes
      Ça n’était pas ce que je croyais.
      — (Léo Ferré, L’inconnue de Londres, chanson, 1950)

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
guigne guignes
\ɡiɲ\

guigne \ɡiɲ\ féminin

  1. Cerise douce à chair molle, rouge foncée à noire et insipide, principalement utilisée dans l'industrie alimentaire et entrant dans la composition du guignolet, un apéritif liquoreux.
    • les guignes, chair commune, noire, meurtrie de baisers — (Émile Zola, Le Ventre de Paris, Georges Charpentier, Paris, 1873)
    • Mais il reste heureusement assez de magnifiques cerises (les guignes) pour permettre à une illustre maison de fabriquer son guignolet, triomphe de la distillerie angevine. — (Jacques Lebeau, Curnonsky, prince des gastronomes, de A à Z, L’Harmattan, 2014, p. 18)
    • En expliquant sa recette de confiture de guignes, Nostradamus fait ainsi l’éloge de villes et de régions françaises renommées dans ce domaine. — (Du sucre : actes de la journée d’études Le sucre dans la littérature, Pau, 21 janvier 2005, sous la direction de Véronique Duché-Gavet & Jean-Gérard Lapacherie, Atlantica, 2007, p. 177)
    • La barbe noire du passant, son cheval rouge comme guigne, sa pâleur de vampire distingué ne déplurent pas à la jeune fille, mais elle l’oubliait au moment où il s’enquit d’elle. — (Colette, La maison de Claudine, Hachette, 1922, coll. Livre de Poche, 1960, p. 10.)

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

Prunus cerasus L.
Prunus avium L.

TraductionsModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe guigner
Indicatif Présent je guigne
il/elle/on guigne
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je guigne
qu’il/elle/on guigne
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
guigne

guigne \ɡiɲ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de guigner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de guigner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de guigner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de guigner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de guigner.

PrononciationModifier

  • (Région à préciser) : écouter « guigne [ɡiɲ] »
  • (Région à préciser) : écouter « guigne [ɡiɲ] »
  • France (Paris) : écouter « guigne [Prononciation ?] »
  • France (Vosges) : écouter « guigne [Prononciation ?] »

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • guigne sur l’encyclopédie Wikipédia