héritière

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin heres (« même sens »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
héritière héritières
\e.ʁi.tjɛʁ\

héritière \e.ʁi.tjɛʁ\ féminin (pour un homme, on dit : héritier)

  1. (Droit) Celle que la loi appelle à recueillir une succession.
  2. (En particulier) Fille unique qui doit hériter d’une grande succession.
    • D’ailleurs son vieil ami le notaire, sentant que la riche héritière épouserait nécessairement son neveu le président si Charles Grandet ne revenait pas, redoubla de soins et d’attentions : il venait tous les jours se mettre aux ordres de Grandet, allait à son commandement à Froidfond, aux terres, aux prés, aux vignes, vendait les récoltes, et transmutait tout en or et en argent qui venait se réunir secrètement aux sacs empilés dans le cabinet. — (Honoré de Balzac, Eugénie Grandet, 1834)
    • Un moyen de relever sa maison lui a été offert, c’est un mariage avec une riche héritière qui apporterait à Yves de Mauléon des millions roturiers en échange de sa couronne ducale défleuronnée. — (La revue de Paris, 1839, volume 22, page 214)
  3. (Par extension) Détentrice d’une chose dont on hérite.
    • Rien n’arrête le zèle des recruteurs monastiques. Vous les voyez frétiller autour des héritiers, des héritières — (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, p.256)
  4. (Figuré) Celle qui perpétue les traditions de ses prédécesseurs.

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier