héroïque

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1361) Du latin heroicus (« héroïque, épique »), lui-même du grec ancien ἥρως, hêrôs, « demi-dieu, héros ».

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
héroïque héroïques
\e.ʁɔ.ik\

héroïque \e.ʁɔ.ik\ masculin et féminin identiques

  1. Qui appartient à un héros ou à une héroïne.
    • Jamais je n’admirai rien de si héroïque, et David, quand il eut tué Goliath, ne dut pas avoir l’air plus enivré de triomphe. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Mon oncle)
    • Les hommes qu’Elfy avait trouvés tremblants dans la salle de l’auberge déployèrent un courage héroïque, aussitôt qu’ils eurent appris par Elfy où en étaient les choses […] — (Comtesse de Ségur, L’Auberge de l’Ange Gardien, 1888)
    • Loin du danger, il ne rêve qu’exploits héroïques, entreprises surhumaines et gigantesques ; mais, quand vient le péril, son imagination trop vive lui représente la douleur des blessures, le visage camard de la mort, et le cœur lui manque […] — (Théophile Gautier, Le Capitaine Fracasse, vol. 1, Charpentier, 1871, p. 270)
  2. Qualifie les personnes qui montrent de l’héroïsme.
    • C'est pourtant du sein de cette fournaise, d'où la salamandre elle-même ne sortirait que calcinée, que le lendemain d’héroïques pompiers de Rouen et d’Orléans ont eu le courage et le bonheur d’arracher le double du grand livre de l’État, dont l'autre exemplaire avait, dit-on, péri la veille dans l’incendie du ministère des finances. Braves gens ! hélas ! ils ont laissé dans ce brasier deux des leurs, coupés par les flammes. — (Annales religieuses et littéraires de la ville et du diocèse d'Orléans, volume 11, n° 10 du 3 juin 1871, Orléans : chez l'abbé Gélot & à l'imprimerie d'Ernest Colas, page 159)
    • Le film du passé revivait avec ces femmes héroïques des organisations prolétariennes des années 30 qui rejoignirent le Kampfbund (Alliance du combat) contre le fascisme, tandis que les cercles féministes ou tout simplement féminins de la bourgeoisie se sabordaient ou étaient absorbés par la NS-Frauenschaft, l'organisation nazie des femmes. — (Pierre Durand, « RFA : la femme et l'héritage », dans Aujourd'hui les femmes : 12 auteurs témoignent, Éditions sociales (collection Notre Temps), 1980)
  3. Qualifie une poésie noble et élevée.
    • En 1606, il fut admis en présence de Henri IV pour lui lire des fragments d’un poème héroïque qu’il composait à sa louange. Le monarque, qui aimait l’encens, l’encouragea à mener son épopée à bonne fin. — (Eugène et Émile Haag , La France protestante, ou, vies des protestants français qui se sont fait un nom dans l’histoire, volume 8, Joël Cherbuliez, Paris & Genève, 1858, p. 10)
  4. Qualifie les tempsvivaient les anciens héros et dont l’histoire est mêlée de fables.
  5. (Par extension) (Médecine) Très puissant, très efficace en parlant des propriétés de certains médicaments.
    • Le docteur Léo, de Varsovie, avait aussi recommandé cette préparation dans le choléra de Pologne, et il passait même à ses yeux pour un remède héroïque et presque spécifique. — (Du sous-nitrate de bismuth dans le traitement des diarrhées rebelles., dans Encyclographie des sciences médicales, volumes 6 à 8, 1833, page 171)
    • Malgré cette alerte, il guérit et le morticole pontifia, proclamant à qui voulait l’entendre qu’il avait découvert le remède héroïque contre la fièvre typhoïde. — (Léon Jouhaud, Souvenirs de la grande guerre, 1919 (Presses universitaires de Limoges, 2005), page 70)
  6. Qualifie une forme de poème épique.
    • Platon, le divin Platon, n'était en verve que lorsqu'il était en pointe de vin. Ennius ne travaillait jamais à son poème héroïque, que Bacchus ne l'eût réconforté, et Alcée n'écrivait ses tragédies que lorsqu'il était ivre. — (C. de Méry, Histoire générale des proverbes, adages, sentences, apophtegmes, vol. 3, Paris : chez Delongchamps, 1829, page 165)
  7. Qualifie les vers alexandrins ou de douze syllabes.
    • Cette édition comprend deux chants en vers de dix syllabes ; […]. D'après Guillaume Colletet, Schelandre aurait écrit deux autres chants de son épopée, en vers héroïques ; ils ne paraissent pas avoir été publiés. — (Raymond Toinet, Quelques recherches autour des poèmes héroïques-épiques français du dix-septième siècle : notes pour servir à l'histoire littéraire au XVIIe siècle, tome 2, édition de Tulle : chez Crauffon, 1899, 1907, Genève : Slatkine, 1971, page 57)
  8. (Sens figuré) Qualifie une ressource extrême employée dans les cas désespérés.

AntonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier