Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Au XVe siècle naît l’expression « haute à la main ». À l’époque, une personne qualifiée haute à la main est très autoritaire. Sous l’Ancien régime, c’est-à-dire du XVIe au XVIIIe siècle, la main représente le pouvoir royal. Par exemple, lors des cérémonies, le roi porte un sceptre surmonté d’une main en ivoire avec trois doigts repliés : la main de justice. Peu à peu, des changements surviennent. La préposition « à » disparaît et le mot « haute » perd son ‹ e › final, à l’origine inhérent au genre féminin du mot « main ». L’expression devient « haut la main ». Au XIXe siècle, l’expression « haut la main » fait référence au cavalier et à sa monture. Le cavalier écourte les rênes pour contrôler le cheval : le cavalier tient la main haute. Mener son cheval haut la main est synonyme d’avoir une emprise sur lui, un contrôle.
Composé de haut et de main.

Locution adverbiale Modifier

haut la main (h aspiré)\o la mɛ̃\ invariable

  1. (Équitation) En tenant la main des rênes haute, pour soutenir le cheval, pour l’empêcher de buter, de tomber, ou pour lui donner la facilité de lever le devant, de faire des courbettes.
    • Mener un cheval haut la main.
  2. (Figuré) (Familier) Avec autorité.
  3. (Figuré) En surmontant tous les obstacles, avec facilité, avec promptitude.
    • Mais après avoir remporté haut la main le chalenge des glisseurs RGP, te voilà championne WRC de rallye. — (Claude Quelennec, Ada et le nouveau monde, Éditions Le Manuscrit, 2010, page 290)
    • J’en viendrai à bout haut la main.

SynonymesModifier

TraductionsModifier

RéférencesModifier