Adjectif possessif

modifier

hecʼh \Prononciation ?\ féminin

  1. Variante orthographique de he devant une voyelle ou un h muet.
    • « An hini a denno a cʼhleze-man, — Kaledvoulcʼh hecʼh ano — a-berz Jezuz Krist a vo roue. » — (Le Saint Jour de Noël, ARZUR est sacré Roi de Bretagne..., in Ololê, n° 118, 25 décembre 1943, page 1)
      Celui qui retirera cette épée — dont le nom est Excalibur — sera roi au nom de Jésus Christ.
    • Hecʼh ene a zo ken du ha ker pounner hag ar seizh pecʼhed kapital asambles. — (Jakez Riou, An ti satanazet, Skridoù Breizh, 1944, page 56)
      Son âme est aussi noire et aussi lourde que les sept pêchés capitaux ensemble.
    • E burev ar cʼhomiser-polis, Jaketa a zibunas hecʼh istor. — (Roparz Hemon, Spered o tont da Jaketa in War ribl an hent, Éditions Al Liamm, 1971, page 269)
      Dans le bureau du commissaire de police, Jacquette raconta son histoire.
    • Ne zeuas dʼhecʼh obidoù nemet ma zad, dre ma oa ret da Mamm chom gant he bugale yaouankañ. — (Ivona Galbrun, Me a zalcʼho, Mouladurioù Hor Yezh, 1987, page 13)
      Il n’y a que mon père qui vint à ses obsèques, car il fallait que Maman reste avec ses enfants plus jeunes.
    • Pa he-deveze gwerzet hecʼh amann hag hecʼh uïou ez ae da roulañ gand an arcʼhant. — (Jules Gros, Le Trésor du Breton parlé - Troisième partie - Le style populaire, 1974, page 194)
      Quand elle avait vendu son beurre et ses œufs elle allait boire avec lʼargent (et cela habituellement ).

Dérivés

modifier