FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Dénominal de herse et -er.

Verbe Modifier

herser (h aspiré) \ɛʁ.se\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Soumettre (la terre) à l’action de la herse.
    • En mars, il hersa ses blés, en avril ses avoines, multipliant les soins, se donnant tout entier. — (Émile Zola, La Terre, troisième partie, chapitre I, 1887)
    • Il avait joliment avancé ses labours d’automne, et il avait bien quatre cents acres qui avaient été hersés, et qui grisonnaient agréablement sous la brume délicate, rose et argent, du matin. — (Maurice Constantin-Weyer, Un homme se penche sur son passé, 1928, réédition Nelson, page 160)
    • Je passe ma tête entre les barreaux, je terrorise le mauvais passant, et le chat qui attend la nuit pour herser les bégonias, le chien qui lève la patte contre le géranium-lierre… — (Sidonie-Gabrielle Colette, La Maison de Claudine, Hachette, 1922, réédition Le Livre de Poche, 1960, page 126)

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

Verbe Modifier

herser \Prononciation ?\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Variante de hercier.

RéférencesModifier