Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

→ voir huit et jours. Provient de la manière qu’avaient les Romains de diviser les mois en quatre semaines, d’une durée variable de sept, huit ou neuf jours. De plus, les Romains ne connaissant pas le zéro, une période de huit jours comportait la journée en cours et le jour du terme. Donc, "une semaine" équivalait à huit ou neuf jours. Au sens légal du terme, la semaine correspondait à un quart de mois, mais sa durée en jours variait d’une semaine à l’autre. Ce sens s’est propagé au cours de l’histoire et l’usage en a fait petit à petit un synonyme quasi parfait de une semaine.

Locution nominale Modifier

huit jours \ɥi.ʒuʁ\ masculin pluriel

  1. Période d’une semaine.
    • Il y a plus de difficultés à l’égard des Coutumes qui accordent un certain nombre de jours, telles que celles de Blois & de la Rochelle, qui accordent huit jours. Vaslin, sur la Coutume de la Rochelle, art. 34, atteste que ce temps se compte pareillement de momento ad momentum, & que le retrayant n’a pas huit jours francs, non compris le jour du terme où ils doivent courir, mais huit jours, ou huit fois vingt-quatre heures, à compter depuis l’heure du terme d’où ce temps doit courir. — (Robert Joseph Pothier, Guillaume François Le Trosne, Traités de droit civil et de jurisprudence françoises, 1781, page 825)
    • Les deux époux, quoiqu’ils ne se fussent pas vus depuis plus de huit jours, et que pendant cette semaine de graves événements eussent passé entre eux, s’abordèrent donc avec une certaine préoccupation ; — (Alexandre Dumas, Les Trois Mousquetaires, 1844)
    • Huit jours ! s’écria Blaise effrayé. Huit jours sans marcher ! Et ma retraite de première communion qui commence dans huit jours ! — Eh bien ! eh bien ! ce qui commence n’est pas fini. Dans huit jours vous pourrez essayer de vous traîner jusqu’à l’église. — (Comtesse de Ségur, Pauvre Blaise, 1861)
    • Tu vas changer le fafiot et, en remontant, tu colleras vingt francs au proprio. Il nous foutra la paix pendant huit jours. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 23)

NotesModifier

Les huit jours font sept jours, s’il s’agit d’une semaine.

SynonymesModifier

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier