hygrophile

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1834) Du grec ancien ὑγρός, hugros (« humide ») et φίλος, phílos (« ami »).

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
hygrophile hygrophiles
\i.ɡʁɔ.fil\
 
Écogramme de la prêle des marais, hygrophile (1), d’après Jean-Claude Rameau et al.

hygrophile \i.ɡʁɔ.fil\ masculin et féminin identiques

  1. (Biogéographie, Botanique, Écologie) Qualifie les végétaux qui croissent dans les lieux humides, et plus particulièrement dans les milieux soumis à une inondation se comptant en semaines (mais non en mois, dans ce cas voir : hydrophile).
    • Bien souvent d’ailleurs et très obligeamment, BONATI fils […] me procura d’intéressants renseignements sur la flore hygrophile de la vallée moyenne. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 3)
    • Groupement hygrophile à Pinus patula, sous climat tropical humide dans les Sierras hidalgenses, de Queretaro et de Puebla.— (H. Puig, Géographie botanique du Mexique, Bulletin de la Société de géographie de Toulouse, 7 mars 1976)
    • Cette espèce hygrophile se naturalise de préférence dans les moliniaies et les pelouses humides (Euffigneix, Poinson) et dans les endroits frais au bord des chemins (Bourbonne, Chambroncourt).— (B. Didier, Jean-Claude Rameau, J. M. Royer, Nouvelles observations sur la flore de Haute-Marne publié dans le Bulletin de la Société de sciences naturelles et d’archéologie de la Haute-Marne, avril 1986)
  2. (Zoologie) Qualifie les animaux qui vivent dans les lieux humides.
    • Ce n’est point la clarté qu’il redoute, mais la sécheresse : il est hygrophile plutôt que lucifuge. — (Jean Rostand, La Vie des crapauds, 1933)
  3. (Chimie, Physique) Qualifie les substances qui absorbent l’humidité de l’air.

DérivésModifier

SynonymesModifier

TraductionsModifier

HomophonesModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier