FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin ignobilis (« inconnu, obscur », « de basse naissance »), de là le sens de « qui n’est pas noble, qui est roturier », puis, au XVII e siècle « sans distinction, digne d’un roturier de basse extraction, vil » (un procédé ignoble).

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
ignoble ignobles
\i.ɲɔbl\

ignoble \i.ɲɔbl\ masculin et féminin identiques

  1. (Désuet) De caractère non noble.
  2. Qui est bas, sans noblesse, qui marque une âme dépourvue de sentiments nobles.
    • Langage ignoble.
    • Expressions ignobles.
    • Il n’y a rien de plus ignoble qu’un pareil procédé.
    • Vuillet était la bête noire d’Aristide. Il ne se passait pas de semaine sans que les deux journalistes échangeassent les plus grossières injures. En province, où l’on cultive encore la périphrase, la polémique met le catéchisme poissard en beau langage : Aristide appelait son adversaire « frère Judas », ou encore « serviteur de saint Antoine », et Vuillet répondait galamment en traitant le républicain de « monstre gorgé de sang dont la guillotine était l’ignoble pourvoyeuse. » — (Émile Zola, La Fortune des Rougon, G. Charpentier, Paris, 1871, ch. III ; réédition 1879, p. 99)
  3. (Plus ordinairement) Qui est sale, sordide, hideux.
    • …de même qu’en allant au bal, parée des œuvres resplendissantes du joaillier, vous ne pensez pas aux bras nerveux, aux ouvriers en veste, aux ignobles ateliers d’où s’élancent, radieuses, ces fleurs du travail. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)

SynonymesModifier

AntonymesModifier

non noble

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin ignobilis.

Adjectif Modifier

ignoble \Prononciation ?\

  1. Ignoble, abject.

AntonymesModifier

Apparentés étymologiquesModifier