Ouvrir le menu principal

Sommaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin imaginarius, de même sens, dérivant de imago (« image »).

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
imaginaire imaginaires
\i.ma.ʒi.nɛʁ\

imaginaire \i.ma.ʒi.nɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est issu de l’imagination, qui n’est pas réel.
    • Le plus ordinairement, Mrs. Paulina Barnett faisait la lecture, et ses auditeurs éprouvaient véritablement un grand plaisir à l’entendre. […] Les imaginaires personnages, les héros légendaires s’animaient et vivaient alors d’une vie surprenante. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Cependant, ce que Jacques aimait en Yasmina, en son ignorance absolue de l’âme de la Bédouine, c’était un être purement imaginaire, issu de son imagination, et bien certainement fort peu semblable à la réalité... — (Isabelle Eberhardt, Yasmina, 1902)
    • Ses doigts tordaient et retordaient une fibre imaginaire qu'il simulait de nouer gravement. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (Mathématiques) Relatif aux nombres dont le carré est un nombre négatif.
    • L'expression « partie imaginaire » est piégeuse. On aurait envie de dire que la partie imaginaire du nombre complexe a + ib (où a et b sont deux réels) est ib. Ce n'est pas le cas. La partie imaginaire du nombre complexe a + ib, (a, b) ∈ R2, est b et en particulier, la partie imaginaire d'un nombre complexe est un réel. — (Jean-Louis Rouget, Les nombres complexes, sur Maths France (www.maths-france.fr), 2017, p. 7.)

SynonymesModifier

AntonymesModifier

DérivésModifier

Mathématiques :

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
imaginaire imaginaires
\i.ma.ʒi.nɛʁ\

imaginaire \i.ma.ʒi.nɛʁ\ masculin

  1. Espace de pensée propre à l’être humain, indistinct de sa représentation du monde, dans lequel il peut créer, superposer, surimposer, sublimer des choses et des évènements dans la réalité.
    • Le train-couchettes vit, dans l’Hexagone, ses dernières heures : la ligne Nice-Paris a fermé le 9 décembre. En même temps que ce moyen de locomotion nocturne, c’est tout un imaginaire de cinéma qui disparaît. — (Samuel Blumenfeld, « Clap de fin pour le train de nuit », Le Monde. Mis en ligne le 11 décembre 2017)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier