immaniable

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XVIIe siècle) Dérivé de maniable avec le préfixe im-.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
immaniable immaniables
\ɛ̃.ma.ni.abl\

immaniable \ɛ̃.ma.ni.abl\ masculin et féminin identiques

  1. (Vieilli) Que l’on ne peut tenir en main ; impalpable.
    • Pour le moins, suivant la Loi Géométrique des Sciences, devroit-on passer regulierement & pas à pas du connu à l’inconnu, de la Pratique à la Théorie, de l’Observation à l’expérience, de l’expérience au raisonnement, des couleurs terrestres, grossieres, palpables & usuelles, aux couleurs célestes & immaniables de l’Arc-en-ciel. — (Mémoires pour l’histoire des sciences et des beaux-arts, volume 153, Chaubert, Paris, avril 1739, page 806)
    • On n’est qu’ombre, qu’esprit, qu’image, que fantôme ;
      Immaniable, ainsi qu’un insensible atome,
      Qui se glisse, s’échappe, à tout embrassement ;
      — (Abbé Contensous, Louis le Bienfaisant, tome II, Pevereta, Pise, 1800, page 113)
  2. Qui n’est pas maniable.
    • [...] en un temps si calamiteux & couvert à la discretion d’un peuple irrité, naturellement immaniable, deffiant, & du tout outrecuidé : voire mesme qui ne peut estre domestiqué ny dompté par aucune force de coups — (Caesar de Nostradamus, L’Histoire et chronique de Provence, Simon Ribaud, Lyon, 1614, page 854)
    • Les grandes dimensions des navires de la classe du Minotaur (400 pieds de long) les rendent presque immaniables à la mer. — (Journal officiel 28 août 1875, page 7318, 3e colonne)
    • Pour meubles de toilette un lavabo pesant, immaniable, perché sur une sorte de trépied, comme un hydropique sur ses jambes grêles. — (Jules Vallès, La Rue à Londres, journal L'Événement, 1876)

TraductionsModifier

RéférencesModifier