improbation

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du latin improbatio.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
improbation improbations
\ɛ̃.pʁɔ.ba.sjɔ̃\

improbation \ɛ̃.pʁɔ.ba.sjɔ̃\ féminin

  1. Action d’improuver ; désapprobation.
    • Pourtant, en rentrant à la résidence, [le maréchal Ney] trouva la gêne et même l’improbation sur le visage de la plupart de ses aides de camp. — (Adolphe Thiers, Histoire du Consulat et de l’Empire, 1845-1862T, t. XV, p. 148)
    • Je le vois encore, un dimanche de Pâques, à l’église Saint-Étienne, écoutant le chant des orgues, et battant la mesure de la tête et du pied, en donnant par instants des marques d’approbation ou d’improbation. — (Albert Cim, Césarin, histoire d’un vagabond, 1897)
    • Au moindre geste d’improbation, il nous apostrophait et nous imposait silence avec une fureur qui nous touchait sans nous convaincre ; […]. — (Anatole Claveau, Les snobs, dans Sermons laïques, Paris : Paul Ollendorff, 1898, 3e éd., p.36)

AntonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier