inabandonnable

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1698) Dérivé de abandonner, avec le préfixe in- et le suffixe -able.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
inabandonnable inabandonnables
\i.na.bɑ̃.dɔ.nabl\

inabandonnable \i.na.bɑ̃.dɔ.nabl\ masculin et féminin identiques

  1. Que l’on ne peut pas abandonner.
    • C’est-à-dire, qu’il avoit été attaché par son ordination même à cette paroisse, que c’étoit la premiere Eglise de ce Prêtre, que c’étoit son titre inaliénable, ou pour dire ainsi, inabandonnable, comme étant le fondement de son ordination, loco fundata, comme parle S.Leon. — (du Verger, Examen de la replique produite par M. Govarts, conseiller du grand conseil de Malines & vicaire general de M. l'archeveque, contre la reponse a son motif de droit en la cause de M. van Eesbeke, chez Estienne Hoyoux, Liège, 1698, page 34)
    • Là où ce dernier rejette l’idée-même du parlementarisme comme élément-clé de l’État, le penseur libéral ne fera qu’en rejeter la réalité concrète, et ce au nom d’une idée qui lui semble inabandonnable. — (Norbert Campagna, Le droit, le politique et la guerre: deux chapitres sur la doctrine de Carl Schmitt, Les Presses de l’Université Laval, Québec, 2004, page 75)
    • De fait, à l’instar de Quignard qui admet qu’écrire à son époque ne consiste qu’en l’exploration infinie d’un vestige inabandonnable, ces textes sont les fragments sauvés de la catastrophe, récupèrent ce qui peut l’être, livrent ce qui pourra encore être mis en présence. — (Johan Faerber, L’Arrière-pensée de la Littérature, diacritik.com, 26 novembre 2015)
    • - Alors, qu’a dit ton éditrice ? J’espère qu’elle l’a aimé ! Moi, je l’ai trouvé sensationnel. Franchement, il est inabandonnable en cours de lecture.
      - April, je ne crois pas que « inabandonnable » soit un mot qui existe, lui fit remarquer Ranie.
      — (Michelle Major, Rencontre sous les flocons, traduction de Gaby Grenat, Harlequin, 2018)

AntonymesModifier

TraductionsModifier