incorporer

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin incorporare, de corpus (« corps »).

Verbe Modifier

incorporer \ɛ̃.kɔʁ.pɔ.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Mêler, unir ensemble certaines matières, et en faire un corps qui ait quelque consistance.
    • […], la charte de 1814 avait incorporé définitivement à la tradition nationale le système parlementaire, la législation napoléonienne et l’Église concordataire ; […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence Chap.III, Les préjugés contre la violence, 1908)
    • Si de Brou nous descendons sur Bonneval en longeant l’anticlinal du Merlerault, nous trouverons l’Ozanne pourvue d'un diluvium très important qui incorpore des blocs énormes de poudingue à silex surtout à partir de Dangeau. — (Bulletin des services de la carte géologique de la France et des topographies souterraines, vol. 23-24, Libr. polytechnique, Baudry et Cie, 1914, p. 23)
    • Il faut que ces onguents soient bien incorporés ensemble. La cire s’incorpore facilement à ou avec la gomme.
    • Ces deux substances ne s’incorporent pas bien ensemble. (Figuré)
    • Plusieurs des lois anciennes furent incorporées dans le nouveau code, au nouveau code.
  2. (En particulier) En parlant des corps politiques, ou ecclésiastiques, ou militaires.
    • Incorporer un peuple avec un autre.
    • Le chapitre de cette collégiale fut incorporé dans le chapitre de la cathédrale.
    • Ce régiment ayant été supprimé, les soldats qui le composaient furent incorporés dans tel autre.
    • Incorporer les nouvelles levées, les incorporer dans l’armée.
  3. (En particulier) En parlant de pays, de terres, de propriétés.
    • Incorporer une province au royaume.
    • Incorporer une terre au domaine.
    • Les alluvions ou atterrissements s’incorporent à l’héritage auquel ils se joignent immédiatement.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier