incrédule

Voir aussi : incredule

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin incredulus.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
incrédule incrédules
\Prononciation ?\

incrédule \ɛ̃.kʁe.dyl\ masculin et féminin identiques

  1. Qui ne croit que difficilement, qu’on a peine à persuader ou à convaincre.
    • Qu’importent à ce siècle incrédule nos merveilleuses légendes : … — (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • Les raisonneurs les plus incrédules ne voulaient pas admettre une véritable métamorphose, opérée à l’aide ou sans l’aide de la peau enchantée d’un loup, qui, dans certains cas, était supposée coopérer à la transformation, et soutenaient que la lycanthropie n’était qu’une espèce de fatale maladie, une situation d’esprit mélancolique, auxquelles se joignaient des accès de folie, pendant lesquels le malade s’imaginait avoir commis les ravages dont il était accusé. — (Walter Scott, De la démonologie et de la sorcellerie, dans les Œuvres de Walter Scott, traduit par Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret, Paris : Furne, Charles Gosselin, Perrotin, 1836, vol. 25, page 371)
  2. (Religion) Qui ne croit pas et ne veut pas croire aux mystères de la foi.

DérivésModifier

AntonymesModifier

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
incrédule incrédules
\Prononciation ?\

incrédule masculin et féminin identiques

  1. Celui, celle qui ne croit pas aux choses de la foi
    • C’est un incrédule.
    • Convaincre les incrédules.
    • Mais montrez-nous d'abord un louche, un bègue, puis opérez-les, et rendez-nous ensuite témoins des résultats de vos opérations sur ce bègue, sur ce louche ; alors, si vous réussissez, il ne pourra plus rester de doute ; les plus incrédules seront forcés de rendre les armes et de constater vos succès. — (Note du docteur J. A. Henroz au compte-rendu de séance de l'Académie des Sciences du 15 février 1841, L'expérience : journal de médecine et de chirurgie, numéro 190, 18 février 1841)
    • Je sais, vous êtes une incrédule, vous aussi. Cependant vous seriez bien contente, si je vous faisais cadeau, un de ces jours, d’un joli petit million. — (Émile Zola, La Curée, 1871)

AntonymesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

RéférencesModifier