Étymologie

modifier
(1842)[1] Dérivé de habiller, avec le préfixe in- et le suffixe -able.

Adjectif

modifier
Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
inhabillable inhabillables
\i.na.bi.jabl\

inhabillable \i.na.bi.jabl\ masculin et féminin identiques

  1. (Péjoratif) Que l’on ne peut pas vêtir avec un minimum d’élégance, de correction.
    • Il était inhabillable. Voué à la détresse visible, gueux par définition, tout vêtement sur sa maigre échine devenait loque. — (Lucien Aressy, La dernière Bohème: Verlaine et son milieu, Jouve & Cie, 1923, page 24)
    • Friar, lui, avait refusé d’habiller la Présidente de la République.
      - Elle est inhabillable, avait-il dit. Je suis couturier et non pas magicien.
      — (Claude Cariguel, Les danseurs, Flammarion, 1956)
    • Quelque chose lui a fait sentir que ce type n’était pas le soldat idéal — et plutôt même son contraire. Il est allé à l’habillement avec lui : ses appréhensions se sont vérifiées. Gerstein est inhabillable — « à moins qu’il ne l’eût fait exprès ». — (Pierre Joffroy, L’Espion de Dieu - La passion de Kurt Gerstein, Bernard Grasset, 1969, page 87)

Antonymes

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Références

modifier
  1. Figure dans la première édition de Enrichissement de la langue française : dictionnaire de mots nouveaux de Jean-Baptiste Richard de Radonvilliers, Paris, 1842, page 257.