FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin inoculare (« greffer »).

Verbe Modifier

inoculer \i.nɔ.ky.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Introduire dans l’organisme une substance contenant les germes vivants d’une maladie, en vue d’immuniser le sujet ou de le guérir.
    • (Absolument)M. le Duc de Normandie ayant été inoculé le jeudi 15 de ce mois, la petite vérole locale s'est développée trois jours après aux endroits des piqûres. Du 7 au 8 de la maladie, s'est manifesté la fièvre d'invasion, qui annonce le passage de la matière variolique dans le sang. — (Journal politique de Bruxelles, mai 1788, page 28)
    • Réciproquement, et c'est l'argument sur lequel insiste Warlomont, si l'on avait inoculé vaccinalement la tuberculose, c'est au point d'insertion qu'apparaîtrait d'abord le tubercule, comme y apparaît le chancre syphilitique; les milliers d'expériences faites sur les animaux ont rendu cette loi tout à fait vulgaire. — (J. Arnould, De la création d'un office vaccinogène dans les département du Nord, dans la Revue d'hygiène et de police sanitaire, 8e année, Paris : chez G. Masson, 1886, page 122)
  2. (Par analogie) Injecter.
    • — Une inséminatrice, chuchota-t-il. Elles sont une demi-douzaine. Elles règnent sur la chèvrerie et inoculent nos paillettes aux femelles en automne, durant les mois de fécondité. — (Chantal Attané, Le propre du bouc, Éditions J'ai Lu, 1992)

Apparentés étymologiquesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   inoculer figure dans les recueils de vocabulaire en français ayant pour thème : maladie, vaccin.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

RéférencesModifier