invectiver

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1542) De invective.

Verbe Modifier

invectiver \ɛ̃.vɛk.ti.ve\ intransitif transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Apostropher par des invectives ; injurier.
    • Ma femme ne voulait rien entendre à cette philosophie résignée, se prétendait la plus misérable des femmes, m’invectivait, réclamant toujours quelque argent, que je ne pouvais lui donner. — (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
    • […] et, surprenant un homme qui volait la ration d’un camarade, il l’invectiva et le frappa à la face. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 272 de l’éd. de 1921)
    • Et lui, l’homme courtois, bien élevé, ennemi de tous les jurons ; lui qui parfois se fâche mais jamais n’invective, […] — (San-Antonio, Béru-Béru, chap. 7, Éditions Fleuve noir, 1970, 1970)
    • A Éphèse, les premières grosses chaleurs estivales échauffent les esprits. Dans les églises, dans les rues, sur les places publiques, évêques, prêtres et moines, nestoriens et cyrilliens se prennent à partie et s’invectivent en termes crus. La situation devient intenable. — (Frédéric Lenoir, Comment Jésus est devenu Dieu, Éditions Fayard, 2010, chap. 6)

NotesModifier

La forme transitive supplante la forme intransitive et s’emploie aussi comme pronominal réciproque.

SynonymesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier