isochrone

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du grec ancien ἰσόχρονος, isókhronos (« égal dans sa durée »), composé de ἴσος, ísos (« égal ») et χρόνος, khronos (« temps »).

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
isochrone isochrones
\i.zɔ.kʁɔn\

isochrone \i.zɔ.kʁɔn\ masculin et féminin identiques

  1. (Mécanique) Se dit des mouvements qui se font en temps égaux.
    • Mais où rencontrer des cœurs assez parfaitement isochrones, passez-moi cette expression scientifique, pour arriver à cette union céleste ? — (Honoré de Balzac, Le Médecin de campagne, 1833, édition de 1845, chapitre quatrième)
    • Seigneur le Christ est nu jetez jetez sur lui
      La robe sans couture éteignez les ardeurs
      Au puits vont se noyer tant de tintement d’heures
      Quand isochrones choient des gouttes d’eau de pluie
      — (Apollinaire, « L’Ermite », Alcools, in Œuvres poétiques, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1965, p. 101)
  2. (Spécialement) (Physique) Caractérise des oscillations ou un mouvement ondulatoire dont la période reste constante quelle que soit l’amplitude.

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • isochrone sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier