FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du latin populaire ebriaca, « qui est ivre », car les graines de l’ivraie sont légèrement enivrantes. → voir lolium, son nom en latin classique.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
ivraie ivraies
\i.vʁɛ\

ivraie \i.vʁɛ\ féminin

  1. Nom français du genre botanique Lolium, qui comprend entre autres les espèces fourragères Lolium perenne L. (ivraie vivace, ray-grass anglais) et Lolium italicum (ray-grass italien).
    • Après la fauchaison, l’ivraie repousse de jeunes tiges, et si, dans les terres médiocres, elle ne donne pas d’abondantes coupes, elle talle du moins beaucoup, s'empare rapidement du sol, et le couvre d'un très bon gazon ; on la voit recroître et donner des touffes nouvelles sous le pied et sous la dent du mouton; […]. — (« Lolium (L.) », dans Principes d'agriculture et d'hygiène vétérinaire, par Jean-Henri Magne, 2e édition refondue, Paris : chez Labé & Lyon : chez Charles Savy jeune, 1845, p. 184)
    • Le blé, cette plante de première nécessité, est une véritable métamorphose. Buffon avait donc bien raison lorsqu’il disait : « Avoir transformé en blé une ivraie stérile, n’est-ce pas une espèce de création ? » — (Jean Déhès, Essai sur l’amélioration des races chevalines de la France, École impériale vétérinaire de Toulouse, Thèse de médecine vétérinaire, 1868)
  2. (Botanique) Synonyme d’ivraie enivrante (Lolium temulentum L.) , espèce d’adventice culturale strictement messicole.
    • Les plantes qui nuisent à l'avoine, soit en l'étouffant, soit en s'opposant à sa production, sont l’ivraie, le caucalis, le chardon hémorroïdal, l’avron, la mille-feuille , le coquelicot, etc : il est important de les extirper quand cela est possible. — (« Avoine », dans le Dictionnaire des sciences naturelles, tome 3 (Argi-Bam), Strasbourg : chez F. G. Levrault & Paris : chez Le Normant, 1816, p. 346)
    • Les plantes les plus nuisibles aux céréales d'hiver sont la darnette ou ivraie, la rougette ou mélampyre et les chardons. — (Notice sur le département des Ardennes, dans Les Primes d'honneur, les médailles de spécialités et les prix d'honneur des fermes-écoles décernés dans les concours régionaux en 1870, Ministère de l'agriculture et du commerce (France)/Paris: Imprimerie nationale, 1874, p.174)
  3. (Par extension) Graine de cette adventice.
    • Alors il chercha un moyen de gâter ce blé, et pendant une nuit où tout le monde dormait, il prit un grand sac de mauvaise graine qu'on appelle ivraie, et il alla tout doucement semer cette ivraie au milieu du blé sans que personne le vît. — (Comtesse de Ségur, Livre de messe des petits enfants, Évangiles des Dimanches, Paris : chez Ch. Douniol, 1858, p. 114)
    • (Figuré)J’ai peur que chez vous le bon grain ne se change en ivraie. — (George Sand [Amantine Aurore Lucile Dupin, baronne Dudevant], Valentine, 1832)

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • ivraie sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier