Voir aussi : Jacques

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1359) les Jaques « paysans » ; (1359) Jaque Bonhome (→ voir Jacques Bonhomme) ; (1881) faire le Jacques « faire l'imbécile » → voir faire le jacques). Emploi comme nom commun du prénom Jacques.

Nom commun Modifier

Invariable
jacques
\ʒak\

jacques \ʒak\ masculin

  1. (Désuet) Sorte de sobriquet donné anciennement aux paysans.
  2. Personne niaise, un peu sotte.
    • Nous sommes de beaux Jacques, allez, de gratifier de plus de trois mille francs ce mauvais docteur là. […]. Qui tombe jamais malade ici ? […] Si on l'appelle c'est tout au plus pour le permis d'inhumer. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  3. (Argot) Pince-monseigneur.
    • Aussi j'prends mes outils dans la serviette.
      — Quels outils?
      — Ben, mon jacques.
      — Un jacques, me souffla Bob, c'est une pince-monseigneur.
      — […].C'est au cas qu'on a mis le verrou à l'intérieur que j'me sers du jacques. Ça va vite. Deux, trois pesées..
      — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
  4. (Histoire) Pluriel de jacque (paysan insurgé, insurgé d'une jacquerie).
    • Le XIVe siècle […] s’affaisse dans le sang avec les désastres de Crécy et de Poitiers, les excès furieux des Jacques et des Maillotins, les brigandages des Tard-venus, […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
  5. (Histoire) Pluriel de jacque (vêtement de protection, en usage au Moyen Âge).
  6. (Botanique) Pluriel de jacque (fruit du jacquier).

DérivésModifier

Forme de nom commun Modifier

Singulier Pluriel
jacque jacques
\Prononciation ?\

jacques \Prononciation ?\ féminin

  1. Pluriel de jacque.

PrononciationModifier

RéférencesModifier