jappement

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de japper avec le suffixe -ment.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
jappement jappements
\ʒap.mɑ̃\

jappement \ʒap.mɑ̃\ masculin

  1. Action de japper, aboiement d’un chiot
    • Après un baiser sonore, qui provoqua un nouveau jappement et valut aux chiens un coup de mouchoir, nos dames pénétrèrent dans le salon, …. — (Nicolas Gogol, Les Âmes mortes -1842 ; traduction d’Henri Mongault -1949)
  2. (Par extension) Petit aboiement qui en résulte.
    • Aussitôt libre, le chien s’était mis à fuir avec une vélocité incroyable en poussant ces jappements sourds et saccadés des limiers sur la voie. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Le bruit de cette chute souleva une tempête de jappements féroces parmi tous les dogues, mâtins et molosses qui faisaient ripaille à la ronde. — (M.-J. Dulieu, La veillée, dans la Revue trimestrielle, V.13, 1857, page 315)
    • Loin de s'occuper des jappements indicatifs du chien, notre personnage se plaisait à suivre loisireusement le sentier tortueux dans lequel il marchait. — (Angelo de Sorr, Le Châtiment, dans la Revue parisienne, mai 1856, p.2)
  3. (Par extension) Bavardages féminins, ponctués d’éclats de voix.
    • Que sa vie me paraissait donc futile à distance ! Tous ces embarras infimes, tout ce va-et-vient sur des talons pointus, tous ces jappements de bouches peintes, tous ces effets de jupes signés, de boucles d’oreilles et de parfums ! — (Henri Troyat, Le mort saisit le vif, 1942, réédition Le Livre de Poche, page 136)

TraductionsModifier

RéférencesModifier