jonquille

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom 1) De l’espagnol junquillo, lui-même dérivé de l’espagnol junco (« jonc ») (issu du latin juncus (« jonc »).
(Nom 2) Forme elliptique d’un jaune jonquille.

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
jonquille jonquilles
\ʒɔ̃.kij\
 
Fleurs de jonquille

jonquille \ʒɔ̃.kij\ féminin

  1. (Botanique) Plante du genre des narcisses (Narcissus jonquilla L., 1753), spontanée en Europe, que l’on cultive aussi dans les jardins pour son élégance et son parfum.
    • À chaque escale à Amsterdam, je filais au marché aux fleurs du Singel ou chez un vieil horticulteur de Schoorl pour lui rapporter des oignons de jonquilles, de jacinthes, de muscaris, d'amaryllis. — (Gérard Gréverand, Le Capitaine à l'heure des ponts tranquilles, Éditions Les Escales Domaine français, 2016)
  2. Fleur de cette plante.
    • Jonquille simple, double. Odeur de jonquille. Essence de jonquille.
    • J’expédiai en même temps dans la campagne trois enfants chargés de me rapporter des branches de verdure, et des gerbes, de pleins paniers de narcisses et de jonquilles. — (Pierre Loti, Aziyadé, 1879)

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

Invariable
jonquille
\ʒɔ̃.kij\

jonquille \ʒɔ̃.kij\ masculin

  1. (Peinture) (Par analogie) Couleur secondaire composée avec du blanc et du jaune.
    • Le rousset doré. Ch. D'abord d'un beau jonquille mêlé de pourpre; ensuite brouillé d'un rouge indécis entre le pourpre et l’écarlate et d'un jaune jonquille plus ou moins foncé; […]. — (Louis Secrétan, Mycographie suisse, ou, Description des champignons qui croissent en Suisse, particulièrement dans le canton de Vaud, aux environs de Lausanne, tome 1, Genève, 1833, p. 479)
    • La Moire olivâtre, de même forme que les précédentes, & non dépouillée, non plus que les suivantes, mais à robe d'un jonquille sale nué de vert-olivâtre dans la direction des crûes, […]. — (La Conchyliologie, ou Histoire naturelle des coquilles de mer, d'eau douce, terrestres et fossiles , avec un traité de la zoomorphose, ou représentation des animaux qui les habitent, par M. Désallier d'Argenville, 3e éd., tome 2, Paris : chez Guillaume De Bure, 1780, page 762)

TraductionsModifier

Adjectif Modifier

Invariable
jonquille
\ʒɔ̃.kij\

jonquille \ʒɔ̃.kij\ masculin et féminin identiques

  1. (Peinture) (Par analogie) Qualifie cette couleur.
    • Le 9e a des passe-poils jaune jonquille… cela est plus gai… oui, mais c’est moins noble, moins sévère, moins militaire… — (Stendhal, Lucien Leuwen, 1834)
    • Elle était si jolie avec son bonnet rond et son ruban rose, son déshabillé de cirsakas et ses petits souliers jonquille, que mon oncle s'arrêta un instant pour la regarder. — (Pigault-Lebrun, Mon Oncle Thomas, chap. 5, Paris : chez Gustave Barba, 1843)
    • Ils manœuvraient sous la surveillance d’un caporal équipé comme eux, mais dont la coiffure portait en outre deux galons de laine jonquille, insigne de son grade. — (Pierre Benoit, Monsieur de la Ferté, Albin Michel, 1934, réédition Cercle du Bibliophile, page 227)
    • Le garde-chiourme parlait à une voisine. Son képi à visière carrée, son ceinturon, son dolman noir et son pantalon bleu, à passepoil jonquille, provoquaient dans la rue une grandissante curiosité. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 169)

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • jonquille sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

NéerlandaisModifier

ÉtymologieModifier

Du français jonquille.

Nom commun Modifier

jonquille \Prononciation ?\

  1. Jonquille.