FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’ancien français joiel, via son pluriel joiaus → voir jeu et -el.
Pour Pihan[1], le mot est apparenté à l’arabe جوهر, jawhar (« joyau ») « parce que l’Orient a toujours été renommé pour ses pierres précieuses et ses bijoux », mais les équivalents et les intermédiaires manquent en italien, espagnol, catalan, occitan, etc.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
joyau joyaux
\ʒwa.jo\

joyau \ʒwa.jo\ masculin

  1. Ornement précieux d’or, d’argent, de pierreries, qui sert à la parure, comme les bracelets, les pendants d’oreilles, etc.
    • Outre le gros anneau abbatial d’or qui indiquait sa dignité cléricale, ses doigts, contrairement aux canons de l’Église, étaient chargés de joyaux précieux. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Avez-vous remarqué, my love, que les beaux joyaux ont un air de magnifique cruauté ? — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 352)
  2. (Par extension) (Mélioratif) Objet précieux, d'une grande valeur.
    • « Le fusil et la poudre, me disait-elle, ont ici, les plus précieux joyaux. Si vous partez seul dans le bled, allez les mains dans les poches ou, du moins, votre arme soigneusement cachée ; vous ferez peut-être impunément ainsi votre route. Que l'on voie au contraire le canon d'une carabine, la crosse du moindre bulldog et vous êtes perdu. » — (Robert Randau, Isabelle Eberhardt : notes et souvenirs, Alger : Éditions Edmond Charlot, 1945, rééd. La Boîte à Documents, 1989, chap. 13)

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • joyau sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier