FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De jus avec suffixe -er et un t épenthétique qu'on retrouve dans juteux.

Verbe Modifier

juter \ʒy.te\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Familier) Rendre du jus.
    • Fruit, pipe qui jute.
    • Dans les panières, le beurre à peine né jutait sous des feuilles de chou. — (Jean Giraudoux, Provinciales, Grasset, 1922, réédition Le Livre de Poche, page 105)
  2. (Par analogie) Baver, saliver.
    • Mes boyaux crient, mes lèvres jutent, je voudrais boire en mangeant, manger en buvant. — (Flaubert, Tentation)
    • « C’est Bonaparte… C’est Bonaparte ! » répétait-il, bavant et jutant comme un escargot, au-dessus de sa glace à la fraise. — (Léon Daudet, Souvenirs des milieux littéraires, politiques, artistiques et médicaux/L’Entre-Deux-Guerres, Grasset, 1915, réédition Le Livre de Poche, page 199)
  3. (Par analogie) (Populaire) Éjaculer en parlant d’un homme, mouiller en parlant d’une femme.
    • Je l’ai à peine caressé qu’il a juté, encore un éjaculateur précoce !
    • Juste en l'effleurant, Andréa a juté !
  4. (Vieilli) Faire de l'effet, avoir du chic, du jus, en jeter.
    • Tout ça manque de vigueur, ça ne jute pas.
  5. (Par analogie) saigner.
    • Le patient se vidait de son sang, ça jutait de partout !

DérivésModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

SlovèneModifier

Forme de nom commun Modifier

juter \Prononciation ?\ neutre

  1. Génitif duel de jutro.
  2. Génitif pluriel de jutro.