Voir aussi : Kefeleg

BretonModifier

ÉtymologieModifier

Du moyen breton queffelec[1], dérivé du vieux breton cefel « cheval », d’où le moderne kefel[2], en raison de son cri qui ressemble à l’ébrouement du cheval[3].
À comparer avec les mots cyffylog en gallois, kevelek en cornique (sens identique).

Nom commun Modifier

Mutation Singulier Pluriel 1 Pluriel 2
Non muté kefeleg kefeleged kefelegi
Adoucissante gefeleg gefeleged gefelegi
Spirante cʼhefeleg cʼhefeleged cʼhefelegi

kefeleg \keˈfeːlek\ masculin (pour une femelle on dit : kefelegez)

  1. (Ornithologie) Bécasse.
    • D’an Nedeleg ec’h astenn an deiz paz ur c’hefeleg, d’an deiz kenta’r bloaz paz ur waz da ouel ar Rouaned paz ul leue. — (Jules Gros, Le trésor du breton parlé (Eléments de Stylistique Trégorroise) - Troisième partie - LE STYLE POPULAIRE, 1974, p. 324)
      À Noël le jour allonge d’un pas de bécasse, au Jour de l’An d’un pas d'oie, à la fête des Rois d’un pas de veau.
    • En ur zegouezhout e Traoñ-an-Dour, e spurmantis ur c’haer a gefeleg o pigosat gant e veg hir douar gleb riblenn ar stêr. — (Ernest ar Barzhig, Ar Seblant, in Al Liamm, niv. 166-167, Gwengolo-Kerzu 1974, p. 365)
      En arrivant à Traoñ-an-Dour, j’aperçus une belle bécasse qui picorait avec son bec allongé la terre humide du bord de la rivière.

DérivésModifier

RéférencesModifier

  1. Jehan LagadeucCatholicon, Tréguier, 1499
  2. Albert Deshayes, Dictionnaire étymologique du breton, Douarnenez, Le Chasse-Marée, 2003, p. 378.
  3. R. J. Thomas, G. A. Bevan, P. J. Donovan, A. Hawke et al. (dir.), art. « cyffylog », dans Geiriadur Prifysgol Cymru, University of Wales Centre for Advanced Welsh & Celtic Studies, 1957, p. 734.