Voir aussi : kermes

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’espagnol alkermes (« cramoisi »), lui-même issu de l’arabe القرمز, al-quirmiz (« cochenille »).

Nom commun Modifier

Invariable
kermès
\kɛʁ.mɛs\

kermès \kɛʁ.mɛs\ masculin

  1. (Zoologie) Espèce de cochenille qui vit sur un petit chêne vert et qui donne un colorant d'une belle teinture écarlate.
  2. (Par extension) Colorant qui provient de cet insecte.
    • La cochenille, le lake-lake et le kermès, sont trois matières tinctoriales provenant de trois insectes appartenant au même genre, quoique très différents par leurs habitudes et leur origine. Ils fournissent tous les trois des couleurs rouges solides; celle qui est produite par la cochenille est la plus belle, celle qui provient du lake-lake s'en rapproche; mais celle que donne le kermès laisse beaucoup à désirer pour l'éclat et la pureté. — (Jean-Baptiste Dumas, Précis de l'art de la teinture, Paris : chez Béchet jeune, 1846, p.63)
  3. (Chimie, Pharmacie) (Archaïsme) Préparation rouge de sulfate d’antimoine, qui était souvent employée en médecine comme expectorante, et qu’on nommait familièrement poudre des chartreux.
    • Au sulfure d’antimoine se rattache le Kermès, qui doit être considéré comme un mélange de sulfure d’antimoine et de pyro-antimoniate de sodium. — (Cousin & Serres, Chimie, physique, mécanique et métallurgie dentaires, 1911)
  4. (Botanique) Ellipse de chêne kermès.
    • Sur les plateaux de la garrigue, le thym, le romarin, le cade et le kermès gardent leurs feuilles éternelles autour de l’aspic toujours bleu. — (Marcel Pagnol, Le château de ma mère, 1958, collection Le Livre de Poche, page 62)
    • Elle prépara ma musette : […] et du sel dans un nœud de roseau, bouché par un gland de kermès. — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 8)

TraductionsModifier

HomophonesModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • kermès sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier