FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Verlan) De sac ou de sec.

Nom commun Modifier

keus \køs\ masculin (pluriel à préciser)

  1. Sac, balle, unité de monnaie : dix francs ou euros.
    • T’aurais pas dix keus ?
  2. Sac.
    • J’ai oublié mon keus dans la voiture.
  3. Unité urbaine avec 1000 logements
    • La Rose-des-Vents (Aulnay-sous-Bois), cité des 3 keus (3000 logements)
    • Les 4000 (La Courneuve), cité des 4 keus (4000 logements)

Variantes orthographiquesModifier

Adjectif Modifier

keus \køs\

  1. Sec, maigre, osseux, fin.
    • Elle mange pas à sa faim celle-là, regarde comme elle est keus !

PrononciationModifier

AfrikaansModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

keus \Prononciation ?\

  1. Choix.

SynonymesModifier

NéerlandaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

Pluriel
keuzen, keuzes

keus \kø:s\ de

  1. Choix.
    • Een ongelukkige keus.
      Un mauvais choix.
    • Zijn keus vestigen op.
      Porter son choix sur.
    • Zijn keus laten vallen op.
      Jeter son dévolu sur.
    • De keus viel op haar.
      Le choix se porta sur elle.
    • Er is volop keus.
      Il y en a pour tous les goûts.
    • Aan u de keus.
      À vous de choisir.
    • De keuze is aan u.
      Le choix vous appartient.
    • Naar keus.
      Au choix, facultatif.
    • Voor een keus staan.
      Avoir un choix à faire.

VariantesModifier

Taux de reconnaissanceModifier

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 94,9 % des Flamands,
  • 99,1 % des Néerlandais.


PrononciationModifier

  • (Région à préciser) : écouter « keus [kø:s] »
  • Pays-Bas (partie continentale) (Wijchen) : écouter « keus [Prononciation ?] »

RéférencesModifier

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]