Voir aussi : lepre

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIe siècle) Emprunté au latin lepra (même sens), lui-même emprunté au grec ancien λέπρα, lépra, du grec ancien λεπίς, lepis (« écaille, croûte d'une plaie »), du verbe λέπειν, lépein (« peler, écorcher »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
lèpre lèpres
\lɛpʁ\

lèpre \lɛpʁ\ féminin

 
Gerhard Armauer Hansen étudiant la lèpre.
 
Au Moyen-âge l’homme atteint de lèpre devait être annoncé par une cloche.
 
Répartition géographique de la lèpre en 2003.
  1. (Médecine) Une maladie infectieuse contagieuse chronique due à Mycobacterium leprae le bacille de Hansen (une bactérie proche de l'agent responsable de la tuberculose) touchant les nerfs périphériques, la peau et les muqueuses, rongeant les tissus, et provoquant des infirmités sévères, endémique dans certains pays tropicaux.
    • Telle fut la légende de sainte Énimie, fille de Clotaire II et sœur de Dagobert : Sollicitée au mariage, bien qu'ayant fait vœu de chasteté, cette fervente Mérovingienne avait prié Dieu de l’enlaidir pour écarter les prétendants. Dieu l'exauça : une lèpre horrible dévora son corps, rongea son visage. — (Louis Barron, Le Nouveau Voyage de France, Tours : chez Alfred Mame & fils, 1899, p. 164)
    • Il passa au peigne des pages de titres pour trouver un chapitre ou un article qui traitât de sujets en rapport avec la lèpre, mais nulle part la maladie n'était mentionnée. — (Dorothy Clarke Wilson, Ces doigts qui guérissent, traduit de l'anglais par Étienne de Peyer, Genève : Éditions Labor et Fidès, 2e éd., 1970, p. 81)
  2. (Par analogie) (Figuré) Maladie mortelle.
    • La lèpre du péché.

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier