Voir aussi : levré

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(fin Xe siècle) De l’ancien français levre, primitivement lavras (pl.) (980), issu du latin labra, pluriel neutre de labrum « lèvre », senti comme un féminin singulier en latin populaire.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
lèvre lèvres
\lɛvʁ\
 
Les lèvres
 
A : Consonnes laryngales, B : pharyngales, C : uvulaires, D : vélaires, E : palatales, F : alvéolaires, G : dentale, H : labiales

lèvre \lɛvʁ\ féminin

  1. (Anatomie) Partie extérieure et charnue qui borde la bouche, qui couvre les dents et qui aide à la formation des sons, à l’articulation des mots. Note d’usage : Très souvent employé au pluriel pour comprendre la lèvre supérieure et la lèvre inférieure.
    • Les Liméniennes ont toutes de belles couleurs, les lèvres d’un rouge vif, de beaux cheveux noirs et bouclés naturellement, des yeux noirs d’une expression indéfinissable d’esprit, de fierté et de langueur ; […]. — (Flora Tristan, Les Femmes de Lima, dans Revue de Paris, tome 32, 1836)
    • Sous la moustache blonde du grand gaillard, ses lèvres goulues cherchaient la bouche voluptueuse, cependant que l’autre, sans s’attarder à des bagatelles inutiles et connaissant la valeur du temps, troussait vigoureusement les jupes. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Sa langue, d’une mobilité étonnante, courait amoureusement sur ses lèvres comme si elle se promettait de goûter à toutes les félicités d’ici-bas. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 12)
    • Elle était hideuse ainsi. On voyait derrière ses lèvres relevées, débarrassées de rouge, décolorées et molles, ses dents malpropres ; un bourrelet de graisse saillait sous le menton. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 57)
    • C’était bizarre. Jamalou n’éprouvait plus, devant cette face douloureuse dont les yeux révulsés, la bouche aux lèvres tuméfiées, presque noire, révélaient l’atroce agonie, aucune espèce de compassion. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Un soir, à l’insu du brigadier, sa fille est entrée chez l’instituteur, le sourire aux yeux, les lèvres plus rouges que ces tablettes de sucre écarlate — des coquelicots — qu’on suce contre les enrouements; […]. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (Par analogie) (Chirurgie) Bords d’une plaie.
    • Selon Mézières, le traitement de la plaie causée par l'hostilité entre la France et l'Angleterre consiste à rejoindre les deux lèvres de la plaie et à les recouvrir d'un fin baume de telle manière qu'elle soit effacée ([…]). — (Jean-Louis G. Picherit, La Métaphore pathologique et thérapeutique à la fin du Moyen Age, Tübingen : Max Niemeyer Verlag, 1994, p. 62)
    • […] ; l'air est chaud et humide, la foule animée, la latérite omniprésente rouge passé, même si les bords des flaques d'eau du dernier orage donnent l'impression de lèvres de blessure en cours de cicatrisation. — (Alain Rochegude, « Anthropologue du Droit ou Juriste anthropologue ? », dans Anthropologie et Droit, intersections et confrontations, Cahiers d'anthropologie du droit 2004 & Droit et Cultures hors-série 2004/4, Paris : Karthala, 2004, p. 329)
  3. (Anatomie) Bords extérieurs ou intérieurs de la vulve.
    • L’opération doit insister à chaque fois sur une lèvre en particulier, la droite par exemple, puis sur l'autre : la femme changera alors légèrement de position de façon à bien frictionner la lèvre gauche... et elle ne cesse d'agir ainsi jusqu'à ce que ses désirs et ceux de sa partenaire soient assouvis. — (Les Délices des cœurs, Ahmad al-Tîfâchî, traduction René R. Khawam, Phébus, 1981, p. 260).
    • Si l’anus est trop en avant, la partie supérieure de la vulve bascule horizontalement sur le bassin. Ce défaut de conformation ou le manque de tonus des lèvres vulvaires favorisent la pénétration permanente d'air dans le vagin (pneumovagin) entraînant vaginites (inflammation du vagin) et endométrites (inflammation de l'utérus). — (Maladies des chevaux, ouvrage collectif, Institut du cheval, France Agricole Editions, 1994, p. 127)
  4. (Botanique) Découpure, à peu près en forme de lèvres, qui caractérisent les fleurs des plantes labiées.
  5. (Géologie) Bord d'une faille, paroi rocheuse.
    • Soignolles sur un versant, Solers sur l'autre, assis à la lèvre du val étroit, forment de jolis décors".- Victor-Eugène Ardouin-Dumazet, "Voyage en France", série 45, "Versailles et le Hurepoix" (1907)

SynonymesModifier

HolonymesModifier

DérivésModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier


ParonymesModifier

Voir aussiModifier

  • lèvre sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier