légitimiste

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Dérivé de légitime avec le suffixe -iste.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
légitimiste légitimistes
\le.ʒi.ti.mist\

légitimiste \le.ʒi.ti.mist\ masculin et féminin identiques

  1. Relatif au légitimisme.
    • Le parti légitimiste a vu sans effroi, sans répugnance et même avec une certaine joie, la révolution de février; l'établissement de la République lui a sans doute causé de vives préoccupations, par les douloureux souvenirs que cette forme de gouvernement apportait naturellement avec elle ; […]. — (Édouard Dubruel, État actuel des anciens partis monarchiques et notamment du parti légitimiste, ou Que fera l'Assemblée législative ?, Paris : chez Charpentier, 1849, p. 12)
    • Cette fin de l'année 1871 ne fut signalée que par la propagande des partis ; un grand nombre des brochures bonapartistes et légitimistes se distribuèrent en province. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • Peu préparé à la politique, mais d’opinions légitimistes , il se révèle politicien sans horizon. Les de Broglie et Cie n'ont pas de peine à le circonvenir. — (Alexandre Zévaès, Histoire de la Troisième République 1870 à 1926, Éditions Georges-Anquetil, 1926, p.108)

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
légitimiste légitimistes
\le.ʒi.ti.mist\

légitimiste \le.ʒi.ti.mist\ masculin et féminin identiques

  1. Partisan du légitimisme.
  2. (Histoire) Partisan du droit au trône de la branche aînée des Bourbons.
    • Le renversement de ce qui existe n'est pour le légitimiste qu'un moyen ; son but est de rétablir dans toute sa puissance de fait le droit, qui seul peut conserver l'état politique et faire le bien du pays, et à qui seul il reconnaît dans cette pensée la faculté de commander et de gouverner. — (Sarran, « Du concours des mouvemens intérieurs pour la restauration de la légitimité en France », dans Le Légitimiste, conservateur des bonnes doctrines politiques, morales, 1re année, Paris : au journal & chez Dentu, 1833-1834, p. 253)
    • Dès lors, la réaction fut maîtresse de la ville. Toutes les opinions étaient représentées dans cette réaction ; jamais on ne vit un pareil mélange de libéraux tournés à l’aigre, de légitimistes, d’orléanistes, de bonapartistes, de cléricaux. — (Émile Zola, La Fortune des Rougon, G. Charpentier, Paris, 1871, ch. III ; réédition 1879, p. 89)
    • Les légitimistes ne forment pas un parti. Le roi est le dépositaire fidèle du patrimoine national qui est la monarchie légitime. Les légitimistes, eux, conservent les traditions sur lesquelles ce patrimoine est basé. Ils sont la partie vivante de notre vieille France monarchique […]. — (Les légitimistes devant la révolution et la restauration morale de la France, anonyme (Charles Cauvin ?), Paris : Imprimerie de l’Œuvre de Saint-Paul, 1878, Avant-propos, p. vi)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier