Voir aussi : Labour

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Xe siècle) Déverbal sans suffixe de labourer, il vient du latin labor (« travail », « labeur », « peine »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
labour labours
\la.buʁ\
 
Labour au Maroc au début du XXe siècle

labour \la.buʁ\ masculin

  1. Façon qu’on donne à la terre en la remuant et la retournant en formant des sillons.
    • L’on ne s’y servait pas déjà de mauvais coutres, comme en certaines parties de la France, et la houe suffisait au peu de labours qui s’y faisaient. — (Honoré de Balzac, Le Médecin de campagne, 1833, édition de 1845, chapitre premier)
    • La terre destinée à recevoir des betteraves doit être préparée par deux ou trois labours très profonds. — (Jean-Antoine Chaptal, Mémoire sur le sucre de betterave, Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 1, 1818, pages 347-388)
  2. Pièce de terre labourées.
    • Ce sont ces conditions climatiques qui ont déterminé, au début du XIXe siècle, la transformation des modes agriculturaux. En effet, jusqu’à ce moment, le village était essentiellement composé de labours ; or, il est certain que ce climat doux et humide, les terres étant périodiquement balayées par des vents de dominante ouest, n’était guère favorable au murissement des récoltes. — (Géraud de Féral, Un Village normand à travers les siècles: recherches historiques sur Beuzeville-la-Bastille, O.C.E.P., 1974, page 15)

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • labour sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

(Xe siècle) Du latin labor.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
labour
\ˈleɪ.bə(ɹ)\
labours
\ˈleɪ.bə(ɹ)z\

labour \ˈleɪ.bə(ɹ)\ (Royaume-Uni)

  1. Travail.
    • Labour of love.
      Travail d’amour.
    • The twelve labours of Hercules.
      Les douze travaux d’Hercule.
  2. Ouvrage, action de travailler, ce qui résulte d’un travail.
  3. Labeur, travail suivi exigeant un effort d’une certaine durée.
    • A worker must be paid for her labour.
      Une travailleuse doit être payée pour son labeur.
  4. Main-d’œuvre.
    • What will be the cost of labour on this project?
      Quel sera le cour de la main-d'œuvre pour ce projet ?
  5. Accouchement, travail de l'accouchement.
    • His wife had a difficult, but short labour.
      Sa femme vécut un accouchement court mais difficile.

Variantes orthographiquesModifier

SynonymesModifier

  • work (« travail : work of love ; ouvrage : work of art »)

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

Verbe Modifier

Temps Forme
Infinitif to labour
\ˈleɪ.bə(ɹ)\
Présent simple,
3e pers. sing.
labours
\ˈleɪ.bə(ɹ)z\
Prétérit laboured
\ˈleɪ.bə(ɹ)d\
Participe passé laboured
\ˈleɪ.bə(ɹ)d\
Participe présent labouring
\ˈleɪ.bəɹ.ɪŋ\
voir conjugaison anglaise

labour \ˈleɪ.bə(ɹ)\ (Royaume-Uni)

  1. Travailler.
  2. Accoucher.

NotesModifier

  • Pour « accoucher », to go into labour et to be in labour sont plus communs.

Variantes orthographiquesModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • labour sur l’encyclopédie Wikipédia (en anglais)  
  • travail sur l’encyclopédie Wikipédia  
  • ouvrage sur l’encyclopédie Wikipédia  

BretonModifier

ÉtymologieModifier

(1557)[1] Emprunté à l’ancien français[2].
Mentionné dans le grand dictionnaire français-breton de François Vallée (1931, page 753b) : en gén. labour.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
labour labourioù

labour \ˈlɑːbur\ masculin

  1. Travail.
    • Labour dʼar sul, labour a-gul. — (Jules Gros, Le trésor du breton parlé (Eléments de Stylistique Trégorroise) - Troisième partie - LE STYLE POPULAIRE, 1974, page 319)
      Travail du dimanche, travail à reculons.
    • Ni a grogo eno gant hol labour, ha ni a ziskenno bep un tammig, bep un tammig, en ur furchal ar stêr. Hep urzh ne reer ket labour vat. — (Jakez Riou, An ti satanazet, Skridoù Breizh, 1944, pages 106-107)
      Nous commencerons notre travail là, et nous descendrons petit à petit, petit à petit, en sondant la rivière. Sans ordre on ne fait pas du bon travail.
  2. Emploi.
    • Klask a ris, en aner, ul labour all e Breizh. Kavout a ris ul labour mererezh en ur skol gristen en eskopti ar Mañs. — (Iona, Herri Hillion, in Al Liamm, niv. 202, Gwengolo-Here 1980, page 354)
      Je cherchai, en vain, un autre emploi en Bretagne. Je trouvai un emploi de gestion dans une école catholique de l’évêché du Mans.

NotesModifier

  • Bien qu’il soit masculin, labour utilisé sans article entraîne une mutation adoucissante de l’adjectif qui le suit : labour vat « du bon travail », mais pas de mutation sinon : ul labour mat « un bon travail »[3].

DérivésModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

Forme de verbe Modifier

labour \ˈlɑːbur\

  1. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe labourat/labouriñ.
    • — Georges Viaud. Un den hag a labour mat ; [...]. — (Yann Gerven, Brestiz o vreskenn, Al Liamm, 1986, page 63)
      — Georges Viaud. Un homme qui travaille bien ; [...]..
  2. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe labourat/labouriñ.

RéférencesModifier

  1. Martial Ménard, Devri : Le dictionnaire diachronique du breton, 2018 → consulter cet ouvrage
  2. Victor Henry, Lexique étymologique des termes les plus usuels du breton moderne, J. Plihon et L. Hervé, Rennes, 1900, 378 pageslire sur wikisouce
  3. Eugène Chalm, La grammaire bretonne pour tous, éditions An Alarcʼh, septembre 2008, page B-38