FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom commun 1) (XVIIe siècle) De lamper: boire. Le mot s’est construit sur lampons (« buvons »). Littré[1] cite une chanson satirique brocardant le roi Jacques II Stuart, fuyant Dublin, en 1691, et revenant en France sous l'escorte de Lauzun :
Prenez soin de ma couronne, J'aurai soin de ma personne ;
Lampons ! lampons !
Il devient rapidement mot commun. Désuet en français, le mot est bien vivant en anglais avec lampoon, lampoonery, etc.
(Nom commun 2) Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
lampon lampons
\lɑ̃.pɔ̃\

lampon \lɑ̃.pɔ̃\ masculin

  1. (Désuet) Satire, brocard.
    • C'est une petite misère villageoise, qui est jolie et agréable la première fois, quand on ne la sçait pas. Quand on la sçait, ce n'est plus qu’un lampon et un pont-neuf. Il n'y a point d’étoffe là dedans. — (Jean-Jacques Rousseau ( 1712 - 1778 ), Correspondance complète, Volume 2.)
    • Les misérables Parisiens, trompés d'abord par l'espérance d'un prompt secours, chantaient, dans les rues, des ballades et des lampons contre Henri. — (Voltaire ( 1694 - 1778 ), Œuvres complètes.)
    • On dit qu'il court des lampons fort spirituels et fort satiriques sur le prompt retour du roi. — (Bayle, Lettre à Minutoli, 24 septembre 1693)

Dérivés dans d’autres languesModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
lampon lampons
\lɑ̃.pɔ̃\

lampon \lɑ̃.pɔ̃\ masculin

  1. (XVIIIe siècle) Bouton ou agrafe d'or, d'argent, ou de cuivre servant à retrousser le bord d’un chapeau, et particulièrement des tricornes.
    • Lampon baissé, botte tirée,
      Et la hongreline fourrée
      Avec un rouge et gros museau,
      Voilà le portrait de Jumeau.
      — (Roger de Bussy-Rabutin ( 1618 - 1693 ) , Mémoires, Volume 1.)
    • La gracieuse souveraine porte un très original costume : redingote à longues basques, culotte et chapeau à lampon.— (La Construction moderne, 1912.)
    • Même que le marié s’était si fort grisé de soleil, qu’il en avait perdu une aile de son vaste chapeau, de sorte qu’il avait l’air d'être coiffé sur l’oreille d’un lampon de bataille, ce qui amusait follement dame Nielle des Blés, et la faisait rire aux larmes.— (Marc Stéphane, Pan ( revue libre ), 1911.)

TraductionsModifier

RéférencesModifier

BretonModifier

ÉtymologieModifier

Mentionné dans le grand dictionnaire de François Vallée (1931) : lampo(u)n.

Nom commun Modifier

lampon \ˈlãmpɔ̃n\ masculin (pluriel : lamponed, lamponidi)

  1. Coquin, vaurien.
    • Broudet e voe genoù an aneval pa chaokas an aval, ha kerkent, aet droug ruz ennañ, e sellas a-gorn, gant kasoni, ouzh al lampon bihan en devoa graet an taol. — (Yeun ar Gow, E skeud Tour Bras Sant Jermen, Éditions Al Liamm, 1978, p. 28)
      La gueule de l’animal fut piquée quand il mâcha la pomme, et aussitôt, dans une colère noire, il regarda en coin, avec haine, le petit vaurien qui avait fait le coup.

SynonymesModifier

DérivésModifier

PrononciationModifier

EspérantoModifier

Forme de nom commun Modifier

Cas Singulier Pluriel
Nominatif lampo
\ˈlam.po\
lampoj
\ˈlam.poj\
Accusatif lampon
\ˈlam.pon\
lampojn
\ˈlam.pojn\

lampon \ˈlam.pon\

  1. Accusatif singulier de lampo.