FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin languere devenu *languire.

Verbe Modifier

languir \lɑ̃.ɡiʁ\ intransitif 2e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se languir)

  1. Être dans un état de langueur.
    • Il est malade, il y a trois ans qu’il languit.
  2. (Par analogie) Végéter faiblement ; ne donner que peu de fruits, en parlant des végétaux.
    • Cet arbre languit, ces fleurs languissent faute d’eau.
  3. (Poétique) Être en état d’engourdissement, en parlant de la nature.
    • La nature languit, toutes choses languissent pendant l’hiver.
  4. (Figuré) Manquer de force, de chaleur, de vivacité, en parlant des ouvrages d’esprit.
    • Ces vers languissent.
    • Cette pièce commence bien, mais sur la fin elle languit.
    • La conversation languissait car personne ne la soutenait, on la laissait tomber.
  5. (Figuré) Être en état atone, en parlant des affaires.
  6. Traîner en longueur ; ne pas connaître de conclusion.
    • L’affaire languit.
  7. Souffrir de la continuité, de la durée d’un supplice, d’un châtiment, d’un besoin, d’un mal physique autre que la maladie.
    • On le fit languir dans de cruels tourments.
    • Languir de faim, de soif, de misère.
    • Languir dans une prison, dans un long exil.
  8. (Figuré) Être en état de tourment, en parlant des peines de l’esprit et de l’âme.
    • Nous étions tous possédés d’une inquiétude lente qui nous faisait languir. Personne ne s’ennuyait, mais cette sensation poignante était cent fois pire que l’ennui. Il paraissait d’avance que cette nuit n’aurait pas de fin. — (Ivan Tourgueniev, L’Exécution de Troppmann, avril 1870, traduction française de Isaac Pavlovsky, publiée dans ses Souvenirs sur Tourguéneff, Savine, 1887)
    • Languir d’ennui, d’amour, dans l’attente.
  9. (Pronominal) Éprouver du chagrin de l’absence de quelqu’un ou de quelque chose. Ressentir cruellement l’absence. Note : certainement d’origine occitane
    • Vous avez un peu tardé. Je me languis toujours de mes amis. — (Bertrand Tavernier, La Princesse de Montpensier)
    • Il se languit de sa chérie.
    • Je me languis de vous.
  10. Attendre longtemps.
    • Ne me fais pas languir.
  11. Attendre avec impatience quelque chose que l’on veut vraiment
    • Ne me fais pas languir, dis moi tout.
  12. Être impatient de voir quelqu’un ou d’obtenir quelque chose.
    • « Moi, ici, ce qui me manque, c’est le Gaz. Franchement, je languissais de partir, à cause du Gaz ! » — (Marcel Pagnol, Le château de ma mère, 1958, collection Le Livre de Poche, page 107)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

Ancien occitanModifier

ÉtymologieModifier

Du latin languere devenu *languire.

Verbe Modifier

languir

  1. Languir.

RéférencesModifier

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844