FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1827) Altération de habin (« chien ») avec agglutination de l'article.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
larbin larbins
\laʁ.bɛ̃\

larbin \laʁ.bɛ̃\ masculin (pour une femme, on dit : larbine)

  1. (Populaire) Domestique, serviteur.
    • Un larbin débarrassa promptement Fagerolle de son chapeau […]. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930)
    • Paraît aussi qu’il a un château, des larbins, des aïeux, un nom à cinq ou six rallonges, mais ça ne se voit pas sur lui… — (Roger Vercel, Capitaine Conan, Albin Michel, 1934, réédition Le Livre de Poche, page 41)
    • Une rumeur de bataille déferlait, par l’escalier de marbre blanc, jusqu’aux larbins imperturbables et galonnés qui tenaient le vestiaire. — (Henri Troyat, Le mort saisit le vif, 1942, réédition Le Livre de Poche, page 83)
    • — Moi je servirai.
      — Être larbin, voilà ton idéal.
      — Plus tard on aura du personnel. Marie-Jeanne tiendra la caisse. Moi, je dirigerai.
      — Exploiter l’homme, voilà toute ton ambition.
      — (Roger Vailland, 325.000 francs, 1954, réédition Le Livre de Poche, page 109)
  2. (Sens figuré) (Péjoratif) Personnage servile.
    • Trop de gonzesses, et où est mon « entourage », en français dans le texte, je me sens à poil sans ma bande de larbins au complet, sans compter que je portais ce sacré t-shirt. — (Lolita Pille, Bubble gum, Bernard Grasset, Paris, 2004, ISBN 2-246-64411-9, chapitre IV, page 63)
    • — Quoi ? Tu m’prends en plus pour ton larbin, Kaffir ? Et puis d’abord t’es pieds nus, tu risques pas d’user quoi que ce soit à part ta corne de sauvage… — (Philippe Morvan, Les Fils du Ciel, Calmann-Lévy, 2021)

SynonymesModifier

→ voir serviteur

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • larbin sur le Dico des Ados  

RéférencesModifier