FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De larme.

Verbe Modifier

larmer \laʁ.me\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Extrêmement rare) Verser des larmes.
    • Si tu savais toutes les bonnes choses que N[otre] S[eigneur] m’a écrites à ton avantage tu ne serais pas triste, car ses trois lettres me font larmer de joie et de bonheur ; je ne puis te dire combien le bon Dieu t’aime ; jamais tu ne pourras l’apprécier. — (Jacques Maître, Les stigmates de l’hystérique et la peau de son évêque, 1993)
    • Ouais ! Il peut toujours larmer, le gniard ! — (Paul Colin, Terre paradis, 1959)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de larme avec le suffixe -er.

Verbe Modifier

larmer \Prononciation ?\ 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Variante de lermer.
    • De ses biaus ieus prent a larmer — (Robert le Diable, manuscrit 25516 français de la BnF, fol. ?. Manuscrit de 1275-1290.)