AllemandModifier

ÉtymologieModifier

Du vieux haut allemand leidōr.

Adverbe Modifier

leider \ˈlaɪ̯dɐ\

  1. Malheureusement.
    • Ich kann leider nicht bleiben.
      Je ne peux malheureusement pas rester.
    • Wir müssen sie leider darauf hinweisen, dass wir den Aufenthalt in diesem Bereich nur speziell geschultem Personal gestatten dürfen.
      Nous sommes au regret de vous informer que nous ne pouvons autoriser le sejour dans cette zone qu’au personnel spécialement formé.

Forme d’adjectif Modifier

Nature Terme
Positif leid
Comparatif leider
Superlatif am leidesten
Déclinaisons

leider \ˈlaɪ̯dɐ\

  1. Comparatif de leid, prédicat de tous les genres au singulier et au pluriel.
  2. Datif féminin singulier de la déclinaison forte de leid.
  3. Génitif féminin singulier de la déclinaison forte de leid.
  4. Génitif pluriel (à tous les genres) de la déclinaison forte de leid.
  5. Nominatif masculin singulier de la déclinaison forte de leid.
  6. Nominatif masculin singulier de la déclinaison mixte de leid.

PrononciationModifier


LuxembourgeoisModifier

 

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Adverbe Modifier

leider \Prononciation ?\

  1. Malheureusement.
    • Hues de d’Kroun matbruecht ?
      Jo, Monseigneur ! Leider ass se e bëssen abiméirt gin, wéi d’Monster de Palais zerstéirt huet !
      — (Lucien Czuga, De Superjhemp — Lescht Chance fir Luxusbuerg (tome 14), 2000, page 43)
      Avez-vous apporté la couronne ? Oui, Monseigneur ! Malheureusement elle a été un peu abîmée lorsque le monstre a détruit le palais !

NéerlandaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

leider

  1. Conseiller, guide.

SynonymesModifier

Taux de reconnaissanceModifier

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 100,0 % des Flamands,
  • 99,7 % des Néerlandais.

PrononciationModifier

  • (Région à préciser) : écouter « leider [lɛidər] »

RéférencesModifier

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]