libre penseur

Voir aussi : libre-penseur

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1659) Calque de l’anglais free thinker[1]. Composé de libre et de penseur.

Locution nominale Modifier

Singulier Pluriel
libre penseur libres penseurs
\li.bʁə pɑ̃.sœʁ\

libre penseur \li.bʁə pɑ̃.sœʁ\ masculin (pour une femme, on dit : libre penseuse)

  1. (Philosophie, Religion) Personne qui s’est affranchie de tout dogme religieux.
    • Le rêve de tout bourgeois de la ville neuve est d’être admis dans un salon du quartier Saint-Marc. Ils savent bien que ce rêve est irréalisable, et c’est ce qui leur fait crier très-haut qu’ils sont libres penseurs, des libres penseurs tout de paroles, fort amis de l’autorité, se jetant dans les bras du premier sauveur venu, au moindre grondement du peuple. — (Émile Zola, La Fortune des Rougon, G. Charpentier, Paris, 1871, ch. II ; réédition 1879, page 46)
    • — Vous savez si je suis libre penseuse.
      — Libre penseresse, Nane : c’est plus élégant.
      — (Paul-Jean Toulet, Mon Amie Nane, 1922)
    • Mais, au fond, ce contremaître était un honnête homme, encore qu’il manquât de culture et de philosophie. Aussi bien était-il libre penseur ; ce qui, peut-être dispense beaucoup de penser. — (Paul-Jean Toulet, Mon Amie Nane, 1922)
    • Monsieur Arthur et Madame Mathilde n’ont probablement jamais rencontré un protestant ou un juif, espèces humaines regardées de loin avec méfiance. Il en va de même du libre penseur, personnage jugé encore plus vulgaire qu’impie. On suppose (tant l’incroyance totale est inacceptable) que cet individu n’est du reste qu’un fanfaron qui se repentira à l’article de la mort. — (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux, 1974, collection Folio, page 126)
    • – Quant à mon père, il considérait toutes les pratiques religieuses comme des survivances… des vieilles croyances dépassées… il était « libre penseur » et pour lui comme pour tous ses amis le fait même de mentionner que quelqu’un est juif ou ne l’est pas, ou qu’il est slave, était le signe de la plus noire réaction, une véritable indécence… — (Nathalie Sarraute, Enfance, Gallimard, 1983, collection Folio, pages 235-236)
    • Le libre penseur n'est pas libre dans un sens : il est obligé de croire à ce que l'évidence lui montre, quelque décevante, désagréable ou décourageante cette croyance puisse être. — (David E. Walker, La pauvreté de la foi, dans Le Québec sceptique, hiver 1992, n° 21, page 32)

Variantes orthographiquesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

Quasi-synonymesModifier

TraductionsModifier

Locution adjectivale Modifier

Singulier Pluriel
Masculin libre penseur
\li.bʁə pɑ̃.sœʁ\

libres penseurs
\li.bʁə pɑ̃.sœʁ\
Féminin libre penseuse
\li.bʁə pɑ̃.søz\
libres penseuses
\li.bʁə pɑ̃.søz\

libre penseur \li.bʁə pɑ̃.sœʁ\

  1. (Philosophie, Religion) Relatif à la libre pensée.
    • Dans toutes ces contrées, on se rappelle bien les anciennes familles considérées naguère comme très aisées ; les unes étaient libres penseuses et les autres étaient pieuses : elles ont été également détruites par l’idée fixe de la stérilité volontaire. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)

Variantes orthographiquesModifier

Quasi-synonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. « libre penseur », Dictionnaire Hachette de la langue française, 1980