FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De lie, forme de lier et cou, col : « ce qui lie les cous ».

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
licou licous
\li.ku\
 
Un cheval portant un licou.

licou \li.ku\ masculin

  1. (Équitation) Lien de cuir, de corde ou de crin, qu’on met autour de la tête des chevaux, des mulets et d’autres bêtes de somme, pour les attacher au moyen d’une ou deux longes au râtelier, à l’auge, etc.
    • Le licou de ce cheval est cassé, mettez une longe à ce licou.
    • (Figuré) Marie-toi, va ! Le plus mauvais mariage est meilleur que le plus doux de ces licous ! — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Ces diaboliques bêtes sortaient de l’écurie debout sur leurs pieds de derrière, et ce n’était qu’au moyen d’une grappe de postillons suspendus à leur licou qu’on parvenait à les réduire à l’état de quadrupède. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • Il se mit donc à pied et prit par le licou la rosse engourdie qu’il traînait ainsi dans les montées et retenait dans les descentes. — (Gustave Flaubert et Maxime Du Camp, Par les champs et les grèves (Voyage en Bretagne), 1886, Le Livre de poche, 2012, page 127)

Variantes orthographiquesModifier

  • licolNote : On le dit employé en poésie devant une voyelle, ou à la fin d'un vers pour faire une rime, mais il est surtout employé en élevage, par ceux qui utilisent l'objet.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier