FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1752) Du latin litoralis, de litus (« rivage »).

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin littoral
\li.tɔ.ʁal\
littoraux
\li.tɔ.ʁo\
Féminin littorale
\li.tɔ.ʁal\
littorales
\li.tɔ.ʁal\

littoral \li.tɔ.ʁal\

  1. Relatif aux bords de la mer ou aux côtes.
    • A contrario, mais toujours à échelle régionale, les différentiels de croissance économique génèrent de puissants mouvements centripètes vers les régions et les villes en expansion : la Chine littorale en est actuellement une bonne illustration. — (Christian Pradeau et Jean-François Malterre, Migrations et territoires, dans Les cahiers d'Outre-Mer n° 234/volume 59, Presses Universitaires de Bordeaux, 2006)
  2. (Botanique) Qualifie les plantes qui poussent au bord de la mer.
  3. (Par analogie) (Plus rare) Qualifie des plantes ripicoles.
  4. (Architecture) Qualifie une construction dont tout ou partie de l’ancrage est situé dans l'eau, mais qui, d’une certaine manière, touche à la rive.

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
littoral
\li.tɔ.ʁal\
littoraux
\li.tɔ.ʁo\

littoral \li.tɔ.ʁal\ masculin

  1. Étendue de pays qui est au bord de la mer.
    • La mer qui baignait ce littoral s’étendait alors sans limites devant le regard. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Du fond de la baie de Saint-Malo jusqu’à l'extrémité des Côtes du Nord, c’est ce qu’on nomme la ceinture dorée de la Bretagne; tout ce littoral est fertile et bien cultivé : c’est presque la Normandie. — (Jacques Alexandre Bixio, Maison rustique du XIXe siècle, volume 5‎, 1845, page 423)
    • Deux mots encore sur la marine marocaine, cette marine si redoutée, autrefois, quand les corsaires barbaresques infestaient les eaux européennes, étendant leurs déprédations à tout le littoral méditerranéen et jusqu'aux côtes de l’Angleterre. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 88)
    • La scirpaie est répartie sur de faibles surfaces, principalement sur le littoral du Finistère, les étangs palavasiens, la Camargue ainsi que dans les régions d’étangs tels que la Dombes et la Brenne. — (Céline Le Barz, Marc Michas et Carol Fouque, Les roselières en France métropolitaine : premier inventaire (1998-2008), Faune sauvage n° 283/janvier 2009)

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier