Étymologie

modifier
(1892) Dérivé de local, avec le suffixe -ier.

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
localier localiers
\lɔ.ka.lje\

localier \lɔ.ka.lje\ masculin (pour une femme, on dit : localière)

  1. (Journalisme) Journaliste qui rapporte les nouvelles d'intérêt seulement local.
    • Il paraît que nous avons à l’Indépendant l’ironie « un peu lourde ». Du moins le localier de notre confrère formulait hier ce critérium. Je crois cependant qu’aucun de nos collaborateurs n’eût été capable de rouler la futaille d’huile lourde dont le digne garçon a arrosé hier son article de tête. — (« L’Huile lourde », L’Indépendant de Mostaganem, 25 février 1892, page 2)
    • Un jour d’été, un jeudi, le petit « localier », qui lisait des romans, publia cet entrefilet dont je pourrais, mon ami, vous représenter l’original : je l’ai gardé. — (René Bazin, Contes et paysages, chapitre XIV ; Maison Alfred Mame et fils, Tours, 1923, page 114)
    • Et puis, qu’on le sache bien, n’est pas qui veut un bon « localier ». Pour tenir convenablement l’emploi, il faut des qualités réelles, un flair particulier, une certaine souplesse de style, une instruction suffisamment étendue pour parler avec quelque compétence des sujets les plus variés, car on n’a pas à rédiger éternellement des feux de cheminée et des accidents de voiture. — (Vincent Jamati, Pour devenir journaliste, première partie, chapitre III ; Librairie J. Victorion, Paris, 1906, page 80)
    • Sur deux colonnes, le localier du journal racontait l’arrestation de deux hommes armés, par la gendarmerie de l’Escarène. Les deux hommes —Marcel Torti et Joseph Pesanto— étaient connus des services de police. — (Louis Nucéra, La Chanson de Maria, Grasset, 1989)

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes